Attentats du 13 novembre : Abaaoud serait resté caché 4 jours dans un buisson

Grâce à un témoin, les forces de l'ordre ont pu le filer et découvrir la fameuse planque de Saint-Denis.

Rédaction en ligne

Grâce à un témoin, les forces de l'ordre ont pu le filer et découvrir la fameuse planque de Saint-Denis.

Plus d'un mois après les attentats qui ont frappé Paris, l'enquête se poursuit. Et parfois, certaines informations semblent incroyables. Après la supposition que Salah Abdeslam avait réussi à s'enfuir de Molenbeek caché dans un meuble, voilà que Le Parisien nous apprend ce dimanche que son complice et présumé cerveau des attentats serait resté caché quatre jours et trois nuits dans un buisson à Paris.

Abdelhamid Abaaoud s'est donc planqué dans les fourrés d'une zone d'entrepôts à Aubervilliers, en banlieue parisienne, du 13 au 17 novembre. Le terroriste y vivait comme un SDF depuis les attentats, explique le journal. C'est un témoignage clé qui aura permis de l'identifier le 16 novembre, au moment où les policiers pensent que l'homme est déjà retourné en Syrie. Ils installent une caméra. Le 17 novembre, une femme, sa cousine Hasna Aït Boulahcen, le rejoint dans sa cachette. Un homme sort des fourrés. A 20h13, un autre sort, le visage vaguement caché par un bonnet. Les enquêteurs le reconnaissent, mais ne l'arrêtent pas car ils craignent que Abaaoud soit muni d'un gilet d'explosifs sous son vêtement ample. Les forces de l'ordre décident donc de suivre le taxi dans lequel le trio a embarqué. La traque s'achèvera rue Corbillon à Saint-Denis par le raid dans lequel ils se feront tuer.