"On va continuer à vivre": Réouverture du Carillon, un des bars parisiens ciblés par les attentats de novembre

Cet établissement est le troisième à rouvrir depuis les attaques.

AFP

Le bar parisien "Le Carillon", où neuf personnes ont été tuées le 13 novembre par des djihadistes, a rouvert ses portes mercredi en accueillant ses premiers clients avec du champagne, deux mois après les attentats de Paris. Cet établissement est le troisième à rouvrir depuis les attaques. Au total, 39 personnes sont mortes dans les fusillades visant des terrasses de cafés et restaurants de l'est parisien. Au cours de cette soirée sanglante, 130 personnes ont été tuées lors des pires attentats jamais commis en France.

"Bienvenue. Le Carillon ouvre ses portes. On n'a pas grand chose à dire. On va continuer à vivre", a lancé un membre de l'équipe en accueillant les premiers clients, entourés de nombreux journalistes. Le bruit de bouchons de champagne a ensuite retenti dans le café.

Les vitres du bar, encore constellées d'impacts de balles il y a peu, ont été changées, le trottoir balayé et les fleurs laissées en hommage aux victimes repoussées de quelques mètres. Des guirlandes de petits fanions de toutes les couleurs ont été accrochées à tous les lampadaires du carrefour où est situé l'établissement.

"Le Carillon" et le restaurant "le Petit Cambodge" qui lui fait face avaient été les premiers établissements touchés par le trio meurtrier composé des djihadistes Abdelhamid Abaaoud, Brahim Abdeslam et d'un homme encore non identifié, qui a probablement trouvé la mort lors de l'assaut policier mené le 18 novembre contre un appartement en banlieue parisienne.

A quelques centaines de mètres de là, "A la bonne bière", où cinq personnes avaient trouvé la mort, a rouvert le 4 décembre. "Le Comptoir Voltaire", où le djihadiste Brahim Abdeslam s'était fait sauter en blessant grièvement une serveuse, avait suivi le 16 décembre.