En Thaïlande, un réseau de faux passeports pour l'Europe démantelé

Les faux documents, souvent fabriqués à partir de vrais passeports volés à des touristes, étaient expédiés par courrier dans le monde entier, a expliqué le lieutenant général Nathathorn Prousoontorn, des services de l'immigration thaïlandais.

passports
©AFP
AFP

Un vaste réseau soupçonné d'avoir fabriqué des centaines de faux passeports européens principalement pour des personnes au Moyen-Orient a été démantelé cette semaine en Thaïlande, pays considéré comme un paradis de la contrefaçon.

Les faux documents, souvent fabriqués à partir de vrais passeports volés à des touristes, étaient expédiés par courrier dans le monde entier, a expliqué le lieutenant général Nathathorn Prousoontorn, des services de l'immigration thaïlandais.

Mais la plupart des clients de ce réseau, implanté à l'est de Bangkok, étaient originaires d'Iran, de Syrie, d'Afghanistan ou d'Irak, a-t-il précisé, ajoutant que les documents étaient vendus entre 50.000 et 80.000 bahts (entre 1.200 et 2.000 euros).

L'homme soupçonné d'être à la tête du groupe et arrêté lundi est Hamid Reza Jafary, un Iranien vivant en Thaïlande depuis 25 ans et connu sous le surnom de "docteur".

Ce dernier "possédait six passeports différents - trois du Brésil, un du Pérou, un du Portugal et un de Nouvelle-Zélande", a ajouté Nathathorn Prousoontorn.

Cinq Pakistanais ont également été arrêtés.

"Il s'agit du plus important réseau du pays capable de fabriquer des passeports de très bonne qualité", a expliqué à l'AFP un officier des services d'immigration, sous couvert d'anonymat, évoquant une enquête de cinq années.

La contrefaçon de passeports est monnaie courante en Thaïlande, où tous les ans des milliers de documents sont perdus ou volés par des touristes.

En mars 2014, deux passagers avec de faux passeports volés en Thaïlande étaient montés à bord du MH370 de la Malaysia Airlines, qui a disparu en vol.

Fin 2010, dans le cadre d'une opération policière destinée à éliminer une importante cellule liée aux attentats de Bombay en 2008 (166 morts) et aux explosions à Madrid en 2004 (191 morts), deux Pakistanais et une Thaïlandaise avaient été arrêtés dans le royaume, suspectés d'avoir fabriqué de faux passeports.

Sur le même sujet