Donald Trump remporte la primaire républicaine de Caroline du Sud, Jeb Bush jette l'éponge

A ce jour, Donald Trump n'a perdu que les caucus de l'Iowa, où il avait terminé deuxième derrière Ted Cruz.

AFP

L'homme d'affaires Donald Trump a remporté samedi la primaire présidentielle républicaine en Caroline du Sud, sa deuxième victoire de l'année sur trois consultations, selon les projections réalisées par plusieurs médias américains. Le candidat arrive en tête de la primaire selon les projections unanimes des chaînes Fox News, ABC et NBC, confirmant son statut de favori à l'investiture après sa victoire dans le New Hampshire au début du mois. Le dépouillement commençait à peine samedi soir dans les bureaux de vote. Vers 02H00 HB, un peu plus de 20% des résultats étaient connus.

En tête des sondages depuis l'été dernier, le milliardaire confirme dans les urnes sa popularité parmi des électeurs républicains en quête d'un "outsider" anti-système pour les représenter à la Maison Blanche.

Selon les sondages de sorties d'urnes, Donald Trump recueille plus de 30% des voix des électeurs se définissant comme "assez conservateurs" ou modérés. Il perd la seule catégorie des "très conservateurs", remportée par le sénateur du Texas Ted Cruz.

A ce jour, Donald Trump n'a perdu que les caucus de l'Iowa, où il avait terminé deuxième derrière Ted Cruz, champion de la droite chrétienne évangélique.

Selon les médias américains, Ted Cruz et Marco Rubio, au coude-à-coude, se partageront les deux autres marches du podium. Jeb Bush, Ben Carson et John Kasich se retrouveraient aux trois dernières places, remettant sérieusement en cause la suite de leurs campagnes.


Jeb Bush annonce son retrait de la course à la présidentielle

Jeb Bush, fils et frère d'anciens présidents, s'est retiré de la course à la Maison Blanche samedi après avoir essuyé une nouvelle performance décevante aux primaires républicaines qu'il avait pourtant abordées en grand favori.

"Ce soir, je suspends ma campagne", a déclaré très ému Jeb Bush, 63 ans, s'interrompant pour essuyer des larmes.

"Malgré ce que vous avez peut-être entendu, les idées comptent, les politiques comptent", a-t-il ajouté dans une pique appréciée de ses supporteurs au vainqueur républicain Donald Trump.

Avec au départ un colossal soutien financier et la bénédiction du parti, l'ancien gouverneur de Floride (1999-2007) a rapidement vu les intentions de vote en sa faveur s'effondrer face aux succès engendrés par le milliardaire américain et plusieurs autres candidats.

Donald Trump l'a souvent raillé dans les débats républicains, épinglant son manque d'énergie supposé et l'establishment qu'il représente, grande cible du magnat de l'immobilier. Jeb Bush se défendait, plaidant pour des idées plus mesurées et qualifiant d'absurdes certains des propositions de son adversaire Donald Trump.

Dans l'Iowa, premier Etat à voter le 1er février, il était arrivé sixième, avec moins de 3% des voix. Dans le New Hamsphire, le 9 février, il s'était hissé en quatrième place (11%). Samedi en Caroline du Sud, il arriverait de nouveau à la quatrième place, selon les projections des chaînes américaines.

Pas assez pour poursuivre la coûteuse course à la Maison Blanche, malgré le soutien de sa mère de 90 ans, Barbara et son frère George W. Bush venus le soutenir en Caroline du Sud où ils sont populaires.

"Je suis fier d'avoir mené une campagne pour unir le pays", a-t-il conclu.

Sur le même sujet