Un abattoir du Gard fermé après la diffusion d'une vidéo montrant des mauvais traitements

L'association L214 a réalisé une enquête dans l'abattoir du Gard... Âmes sensibles s'abstenir.

Rédaction en ligne

L'association L214 a réalisé une enquête dans l'abattoir certifié bio du Vigan, dans le Gard... Âmes sensibles s'abstenir.

Il y a plusieurs mois de cela, une vidéo du même accabit avait entraîné la fermeture de l'abattoir d'Alès situé à environ 1h30 de route de la commune de Le Vigan, également localisée dans le Gard. Malheureusement, les images publiées cette semaine se ressemblent tristement. Animaux mal étourdis, violentés, des saignées déclenchées alors que l'animal est toujours conscient, etc.

Comme le précise Le Figaro et 20 Minutes sur leur site respectif, c'est une personne ayant accès à l'abattoir qui aurait installé des caméras fixes dans les locaux. Ces dernières ont pu enregistrer des images entre mai 2015 et février 2016. En plus des faits préalablement cités, il est possible de constater que le matériel n'est absolument pas adapté à la taille des bêtes mais aussi qu'il y a un non respect évident des normes d'hygiène...

Pis encore, l'abattoir a été certifié "bio" par le label européen Ecocert. Le Figaro précise que ce dernier impose très peu de contraintes concernant le mode d'abattage en n'excluant que les calmats ou les stimulants électriques pour permetrre aux bêtes d'avancer.

L'association L214 a lancé une pétition sur son site internet.

Le Foll dénonce des pratiques "intolérables"

Le procureur de la République d'Alès a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête préliminaire après la diffusion d'une vidéo montrant des mauvais traitements infligés aux animaux dans un abattoir du Vigan (Gard), des pratiques jugées "intolérables" par le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. "Le procureur de la République d'Alès a été destinataire mardi 23 février 2016 d'une plainte de l'association L214 dénonçant des faits de sévices graves, mauvais traitements sur animaux et violation de la réglementation relative à l'abattage", écrit Nicolas Hennebelle dans un communiqué.

"Cette plainte vise principalement les conditions d'abattage des bovins, cochons et moutons dans l'abattoir du Vigan. Le parquet a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire afin de vérifier les éléments contenus dans cette plainte", poursuit-il.

Cette enquête sera menée par la brigade nationale d'enquêtes vétérinaires et phytosanitaires, en co-saisine avec la brigade des recherches de la gendarmerie du Vigan, précise-t-il. "Stéphane Le Foll condamne avec la plus grande fermeté ces pratiques intolérables et a immédiatement diligenté une enquête de la Brigade nationale d?enquête vétérinaire et phytosanitaire", annonce par ailleurs le ministre dans un communiqué distinct. "Dès novembre 2015, Stéphane Le Foll a donné instruction aux Préfets de s?assurer de la prévention de tout acte de maltraitance lors de l?abattage", rappelle-t-il également.

Une autre enquête préliminaire avait été ouverte après la diffusion, en octobre 2015 par la même association, d'une autre vidéo dénonçant des mauvais traitements infligés aux animaux dans l'abattoir d'Alès (Gard): elle est toujours en cours au parquet d'Alès, ajoute encore ce dernier dans son communiqué.

En attendant les résultats de l'enquête, l'abattoir du Gard a été fermé à titre conservatoire.


Sur le même sujet