Pape François : "Priez pour moi"

A l'occasion de l'anniversaire des trois ans du pontificat du Pape François, ce dernier a publié un message sur Twitter invitant les catholiques à prier pour lui.

rédaction en ligne
Pape François : "Priez pour moi"
©afp

A l'occasion de l'anniversaire des trois ans du pontificat du Pape François, ce dernier a publié un message sur Twitter invitant les catholiques à prier pour lui.


Pour mieux comprendre les menaces qui pèsent sur son pontificat, relisez notre grand dossier et l'édito de Francis Van de Woestyne ci-dessous

Edito du week-end:

"La saleté de l'Eglise", par Francis Van de Woestyne

Ce dimanche 13 mars est la date anniversaire de l’élection du pape François. Jorge Mario Bergoglio n’a pas choisi son nom par hasard : en se faisant appeler François – par référence à François d’Assise – il a voulu placer son pontificat sous le signe de la pauvreté. Raison pour laquelle, un mois après son entrée en fonction, il a mis en place une Commission chargée de préparer la réforme de la Curie. Avec un objectif, une nécessité vitale pour le Vatican: dresser un inventaire – inexistant ! – des biens du petit État, instaurer une véritable transparence et réduire au silence les personnalités douteuses voire mafieuses qui, au fil du temps, ont pris le contrôle des finances vaticanes.

Trois ans plus tard, le constat est dramatiquement inquiétant. Si des progrès ont été réalisés, les résistances d’une partie de la curie hostile à ces réformes mettent en péril cette indispensable mutation. Le résultat des enquêtes est glaçant : gestion archaïque, dépenses somptuaires, compromission avec des organisations criminelles. Oui c’est bien au Vatican que ces pratiques ont lieu et persistent. Pire : les personnes qui sont chargées de “nettoyer” le Vatican, doivent affronter constamment ceux qui profitent toujours du système actuel. Tous les moyens sont bons pour empêcher que la vérité n’éclate : des campagnes de calomnies sont organisées contre les réformateurs, en particulier contre le Cardinal Pell, le numéro 3 du Vatican, celui qui guide l’opération de transparence.

Les révélations (articles récents de presse, livres, témoignages) et l’enquête fouillée menée par “La Libre” nous permettent d’affirmer que de graves menaces pèsent toujours sur le travail d’assainissement lancé par le Pape. Dès lors, la question, essentielle, est bien celle-ci : le Pape François réussira-t-il à instaurer une gouvernance éthique et efficiente de son État ou sera-t-il, comme son prédécesseur, contraint à la démission ?

En tirant la sonnette d’alarme, “La Libre” veut ouvrir les yeux de ceux qui ignorent ou ne veulent pas voir la triste réalité, malgré les déclarations du Pape lui-même. Car sans information sur l’état réel des luttes vaticanes, sans une mobilisation sans précédent, le Pape n’arrivera pas à transformer le siège du catholicisme en un État exemplaire au regard de ses missions spirituelles et temporelles. Une démarche capitale vis-à-vis des catholiques et du monde entier.

Le temps est venu de tourner la page des gaspillages financiers, des rivalités entre courtisans, des compromissions avec les milieux criminels.

Le Pape a besoin du soutien de la communauté des catholiques dans le monde pour réussir cette transformation de la curie. Benoît XVI a échoué dans sa lutte contre ce qu’il appelait “la saleté de l’Église”. Puisse François gagner ce combat.


Découvrez ici l'ensemble de notre dossier "Le Pape face aux vautours du Vatican":

Pape François : "Priez pour moi"
©ipm


Sur le même sujet