Frédéric Lugentz, le juge qui a fait chuter Joëlle Milquet

Cela aura été sa dernière instruction. Mais cela sera celle que l’on retiendra de lui. Frédéric Lugentz a inculpé Joëlle Milquet (CDH), dans le cadre de l’enquête sur le recrutement de collaborateurs fantômes. Portrait.

Frédéric Lugentz, le juge qui a fait chuter Joëlle Milquet
©Photo News
D.C (St.)

Cela aura été sa dernière instruction. Mais cela sera celle que l’on retiendra de lui. Frédéric Lugentz a inculpé Joëlle Milquet (CDH), dans le cadre de l’enquête sur le recrutement de collaborateurs fantômes.

Rigoureux, déterminé et capable de résister à la pression, telle est la réputation qu’il traîne derrière lui. C’est aussi un homme discret.

Avant de rejoindre la cour d’appel de Bruxelles, il avait été juge d’instruction à Bruxelles. Spécialisé dans les matières financières, il a instruit des dossiers délicats. C’était lui qui avait été chargé de démêler le vrai du faux dans l’enquête sur la KB Lux. Il s’était plongé dans les arcanes des contrats internationaux lorsqu’il avait inculpé l’homme d’affaires Patokh Chodiev dans le Kazakhgate, qui se terminera par une transaction avec le parquet. Il a inculpé le patron d’Electrabel, Jean-Pierre Hansen dans l’Electragate, un dossier d’espionnage informatique. Il a instruit le dossier "Cachalot", le plus grand dossier de fraude sociale à Bruxelles.

Il est aussi assistant aux facultés universitaires Saint-Louis.

Ce n’est pas lui qui poursuivra l’instruction du dossier Milquet. Il a été nommé conseiller à la Cour de cassation. Il prendra ses nouvelles fonctions ce vendredi, après avoir prêté serment. 


Sur le même sujet