Les vieux démons de la Croatie refont surface

Le nouveau gouvernement poursuit une agenda ultranationaliste, catholique intégriste et ultralibéral. Reportage.

Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin Envoyés spéciaux en Croatie
Two men look at the pitch appearing to show the pattern of a swastika following the the Euro 2016 qualifying football match between Croatia and Italy at the Poljud stadium in Split on June 12, 2015. AFP PHOTO / ANDREJ ISAKOVIC
Two men look at the pitch appearing to show the pattern of a swastika following the the Euro 2016 qualifying football match between Croatia and Italy at the Poljud stadium in Split on June 12, 2015. AFP PHOTO / ANDREJ ISAKOVIC ©AFP
Le nouveau gouvernement poursuit une agenda ultranationaliste, catholique intégriste et ultralibéral.

Connu pour ses positions négationnistes, l’historien Zlatko Hasanbegovic, nommé ministre de la Culture de Croatie le 22 janvier dernier, n’en démord pas : l’antifascisme amènerait à justifier "la dictature bolchévique qui s’est longtemps abattue sur l’Europe". L’homme ne s’embarrasse pas de pincettes. "En quelques mois, il s’est attaqué à toutes les institutions culturelles qui osent proférer la moindre critique contre la dérive autoritaire du gouvernement", enrage Oliver Frljic,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité