Médias et journalistes, cibles de choix des purges en Turquie

Le gouvernement turc affirme poursuivre "les traîtres" et les "terroristes" qui menacent l'Etat. Ces mandats d'arrêt "ont pour but une nouvelle fois de viser les journalistes qui font simplement leur travail", a déploré le président de la Fédération internationale des journalistes Philippe Leruth.

Médias et journalistes, cibles de choix des purges en Turquie
©REPORTERS
AFP

Les médias ont joué un rôle clé dans l'échec du coup d'Etat contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, pourtant des dizaines de journalistes sont aujourd'hui visés par les vastes purges enclenchées après le putsch. Ironiquement, ce sont les médias qui ont aidé le président Erdogan à retourner la situation dans la nuit du 15 juillet. Son appel via le téléphone portable d'une journaliste vedette de CNN-Turk avait poussé des milliers de Turcs à descendre dans les rues pour s'opposer aux putschistes.

Déjà accusé d'exercer de fortes pressions sur la presse, le gouvernement islamo-conservateur est passé à la vitesse supérieure après le coup d'Etat manqué du 15 juillet. Les autorités ont mené des raids contre des médias accusés d'être proches du prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis et désigné par Ankara comme l'ordonnateur du putsch, ce qu'il nie. Le 19 juillet, le gouvernement avait retiré leurs licences à de nombreuses chaînes de radio et de télévision.

Lundi, les procureurs antiterroristes ont émis des mandats d'arrêt contre 42 journalistes dont des figures de premier plan. Seize d'entre eux ont été placés en garde à vue, a indiqué mercredi l'agence progouvernementale Anadolu. Onze auraient fui le pays, selon l'agence de presse privée Dogan. Mercredi, des mandats d'arrêt ont été délivrés contre 47 ex-employés du quotidien Zaman -- guleniste jusqu'à sa reprise en main en mars. "C'est attristant et inacceptable", a déclaré à l'AFP Turgay Olcayto, président de l'Association des journalistes de Turquie.

"Ces détentions nous dérangent", a-t-il poursuivi en référence aux gardes à vue de journalistes qui peuvent désormais durer jusqu'à 30 jours avec l'état d'urgence. "Ceux qui font vraiment du journalisme, ceux qui sont seulement des journalistes, on espère qu'il ne leur arrivera rien. C'est tout ce que nous demandons au gouvernement", a ajouté M. Olcayto. L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International a dénoncé une "restriction draconienne à la liberté d'expression".

Ces mandats d'arrêt "ont pour but une nouvelle fois de viser les journalistes qui font simplement leur travail", a déploré le président de la Fédération internationale des journalistes Philippe Leruth. Les autorités affirment que les journalistes concernés bénéficieront de procès équitables.

'Chasse aux sorcières'

Parmi les reporters visés par les mandats d'arrêt figurent des personnalités reconnues comme le rédacteur en chef de Fox TV en Turquie, Ercan Gun, et Nazli Ilicak. Cette ancienne députée avait été licenciée en 2013 du quotidien progouvernemental Sabah pour avoir critiqué des ministres empêtrés dans un scandale de corruption. A l'époque, M. Erdogan avait déjà accusé Gülen d'être à l'origine du scandale.

"C'est une journaliste expérimentée, je ne pense pas qu'elle soit liée" au coup, affirmé M. Olcayto. Egalement visés, l'ancienne rédactrice de Zaman, Hanim Busra Erdal et le célèbre commentateur Bulent Mumay ont aussi été placés en garde à vue. Le gouvernement turc affirme poursuivre "les traîtres" et les "terroristes" qui menacent l'Etat. Les pays européens critiquent des mesures "inacceptables".

"Un pays qui emprisonne ses propres professeurs et ses propres journalistes, met en prison l'avenir", a lancé le chef du gouvernement italien Matteo Renzi samedi. L'organisation Reporters sans frontières (RSF), qui place le pays à la 151e place sur 180 dans son classement annuel sur la liberté de la presse, a dénoncé une "chasse aux sorcières". Les pressions sur la presse en Turquie ne datent pas de "l'après-coup".

En liberté conditionnelle en attendant son procès, le représentant de RSF en Turquie, Erol Önderoglu, encourt jusqu'à 14 ans et demi de prison pour "propagande terroriste" après avoir soutenu un quotidien pro-kurde.

Dans un des cas les plus emblématiques, le rédacteur en chef du quotidien d'opposition Cumhuriyet, Can Dundar, a été condamné à cinq ans et dix mois de prison en mai pour "divulgation de secrets d'Etat" après avoir affirmé dans un reportage que la Turquie livrait des armes aux jihadistes en Syrie. Il reste en liberté en atttendant que la cour d'appel se prononce sur son cas. "Un nuage de peur plane sur le pays" après le putsch manqué, a-t-il déclaré au quotidien britannique The Guardian.

Sur le même sujet