Attentat dans une église en France: le deuxième assaillant, "formellement identifié", était fiché pour radicalisation

Le deuxième auteur de l'attentat perpétré mardi matin dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Normandie) a été formellement identifié comme étant Abdel Malik Nabil Petitjean. Selon une source proche de l'enquête, il était fiché pour radicalisation par les services de renseignement français depuis le 29 juin.

Attentat dans une église en France: le deuxième assaillant, "formellement identifié", était fiché pour radicalisation
©AFP
Rédaction web (avec AFP)

Le deuxième auteur de l'attentat perpétré mardi matin dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Normandie) a été formellement identifié comme étant Abdel Malik Nabil Petitjean, a indiqué jeudi matin le parquet de Paris. Le premier tueur a été identifié comme étant Adel Kermiche, un Français de 19 ans, assigné à résidence avec un bracelet électronique après être sorti de prison en mars.

Abdel Malik Petitjean, né en 1996 à Saint-Dié-des-Vosges (19 ans), n'avait pas fait l'objet de condamnations et la justice ne disposait pas de ses empreintes ni de son ADN, ce qui a retardé son identification. Le jeune homme était toutefois fiché "S" depuis le 29 juin pour avoir tenté de rejoindre la Syrie via la Turquie, selon une source proche de l'enquête. L'Union de coordination de la lutte antiterrosite (Uclat) a diffusé le 22 juillet, quatre jours seulement avec l'attaque contre l'église, une note dans laquelle elle dit avoir "été rendue destinataire d'une information d'une source fiable" sur un individu "qui serait prêt à participer à un attentat sur le territoire national". Cette information est accompagnée d'une photo de l'individu, qui "ressemble fortement" à Abdel Malik Nabil Petitjean, a affirmé une source proche de l'enquête relayée par plusieurs médias français, dont le Nouvel Obs.

Des prélèvements ADN effectués sur sa mère ont finalement permis son identification. La piste était déjà privilégiée puisqu'une carte d'identité au nom d'Abdel Malik P. avait été retrouvée lors d'une perquisition menée mardi au domicile familial d'Adel Kermiche.

L'incrédulité prédomine

Jeune apparemment sans histoire, doux avec sa mère qui se disait encore mercredi persuadée de son innocence, Abdel Malik Petitjean arborait une courte barbe. Il avait empoché son bac pro section commerce en 2015 et faisait depuis de l'intérim à l'aéroport ou dans un magasin du centre-ville après avoir enchaîné des stages dans la vente.

A Franklin, un quartier HLM récemment rénové, l'incrédulité prédomine chez les habitants qui décrivent un jeune parfaitement normal.

Né à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges) le 14 novembre 1996, il a grandi avec ses deux sœurs dans une famille recomposée, d'abord dans l'est de la France avant de déménager à Montluçon (Allier) puis à Seynod (Haute-Savoie) et enfin à Aix-les-Bains.

Il fréquentait la mosquée à un jet du quartier Franklin, selon le président de l'association qui gère ce lieu de culte, qui l'a reconnu mercredi sur la vidéo diffusée par l'EI dans laquelle Petitjean et Kermiche, barbus, prêtent allégeance en arabe au groupe jihadiste. Cette mosquée avait été visée par un incendie criminel après l'attaque contre Charlie Hebdo en janvier 2015.

"Je l'appréciais beaucoup. On n'a jamais eu de problème avec lui à la mosquée. Pas de remarque étrange, toujours souriant... C'est incroyable! Tous les fidèles sont choqués car ils le connaissaient pour sa gentillesse, son calme. On n'a jamais eu un signe de radicalisation. Qu'est-ce qui s'est passé dans sa tête?", s'interroge Djamel Tazghat, le président de l'association. "C'est difficile à croire. Il était contre Daech", le groupe EI, "il n'était pas radical du tout", glisse Hakim, 17 ans, qui se présente comme un ami de Petitjean.

Selon sa mère, Abdel Malik était parti lundi en covoiturage pour, lui avait-il dit, rejoindre un cousin à Nancy. Son dernier message à sa mère remonte à mardi matin, juste avant l'attaque à Saint-Etienne-du-Rouvray: "T'inquiète pas. Tout va bien, fais dodo. Je t'aime", lui a-t-il écrit par texto.


Sur le même sujet