Les assassins du prêtre ne se connaissaient que depuis quatre jours

Ils sont entrés en contact via la messagerie cryptée Telegram.

Les assassins du prêtre ne se connaissaient que depuis quatre jours
©AP
Rédaction

Ils sont entrés en contact via la messagerie cryptée Telegram.

Quatre jours après l’assassinat d’un prêtre dans une église par deux jihadistes, l’émotion restait vive en samedi France, où des manifestations ont réuni chrétiens et musulmans, tandis que les enquêteurs poursuivaient leur travail.

Plusieurs centaines de personnes ont ainsi marché dans le centre de Lyon en hommage au père Jacques Hamel, un prêtre de 85 ans égorgé mardi dans une église à Saint-Etienne-du-Rouvray. Rassemblés derrière des banderoles proclamant "Nous vaincrons par la fraternité", "Ceci n’est pas une guerre des religions" ou encore "On est tous frères et sœurs", les manifestants répondaient à l’appel de plusieurs associations locales avec le soutien du conseil régional du culte musulman (CRCM).

Dimanche, les musulmans sont appelés par le Conseil français du culte musulman à assister aux messes, et la conférence des évêques a appelé les paroissiens à leur réserver un "accueil fraternel".

Selon le journal Le Parisien, mes deux assassins du père Jacques Hamel sont entrés en contact très peu de temps avant leur passage à l’acte.

Les enquêteurs de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont établi que le tout premier contact entre Adel Kermiche et Abdel-Malik Petitjean remonterait au 22 juillet dernier. Soit seulement quatre jours avant de commettre leur crime.

Les deux terroristes, tous deux âgés de 19 ans, auraient échangé, pour la toute première fois, via la messagerie cryptée Telegram.

Sur le même sujet