Pour ce commissaire européen, les Chinois sont des "bridés" et Magnette est un "communiste"

Pour ce commissaire européen, les Chinois sont des "bridés" et Magnette est un "communiste"
©Photo News
Belga

Le ministre-président wallon, Paul Magnette, s'est insurgé des propos tenus par le commissaire européen à l'économie numérique, Günther Oettinger, qui a - parmi d'autres - dénigré la Wallonie mercredi soir à Hambourg (nord de l'Allemagne) lors d'un gala organisé par la fédération patronale allemande AGA. Ce discours - dans lequel il aussi parlé de "bridés" en évoquant la Chine et du mariage homosexuel "imposé" - a été enregistré par un participant, dont la vidéo a été reprise samedi par le site de l'hebdomadaire 'Der Spiegel'. Il a provoqué un tollé en Allemagne.


L'attaché économique et commercial pour la Wallonie et Bruxelles à Hambourg, Frank Compernolle, qui était présent au gala, a affirmé que M. Oettinger avait, en évoquant le blocage sur la finalisation de l'accord commercial UE-Canada (CETA), déclaré en substance "une micro-Région gérée par des communistes qui bloque toute l'Europe, ce n'est pas acceptable".

M. Compernol a raconté au journal 'Le Soir' qu'il s'était levé et avait quitté l'évènement avant l'heure après avoir entendu ce "qui tenait d'un discours du café du commerce, pas d'une allocution de commissaire européen".

M. Magnette (PS) a réagi dimanche auprès du 'Soir' et de l'agence Belga par le biais de son porte-parole, Frederic Masquelin. "Si tout ce qui est rapporté s'avère vrai, il s'agit de propos scandaleux qui témoignent d'un mépris total vis-à-vis de notre Région, de ses élus, de ses citoyens et de la société civile qui s'est mobilisée. Cet élan démocratique wallon devrait être encouragé plutôt qu'être traité avec mépris ou par l'injure. J'espère que la Commission européenne ne va pas laisser passer de tels propos", a-t-il dit.

M. Oettinger est appelé à prendre prochainement du galon en accédant au portefeuille du budget au sein de l'exécutif européen, en remplacement de la Bulgare Kristalina Georgieva, démissionnaire pour prendre à compter de janvier prochain un poste à haute responsabilité à la Banque mondiale à Washington.

Sur le même sujet