Certains Espagnols considéraient Podemos comme "immature" et "arrogant", mais ça, c'était avant

AFP
Certains Espagnols considéraient Podemos comme "immature" et "arrogant", mais ça, c'était avant
©AFP

Le parti espagnol de gauche radicale Podemos, dirigé par Pablo Iglesias, a modifié samedi sa direction en réduisant considérablement les responsabilités d'Inigo Errejon, ex-numéro deux et perdant des primaires internes, selon un communiqué de la formation.

La liste de Pablo Iglesias l'avait emporté à l'issue d'un congrès du parti le 12 février, après des mois de vifs débats et de disputes qui avaient fait craindre pour l'unité du parti.

Son programme avait été choisi par 56% des 155.000 participants au vote, contre 34% pour celui d'Inigo Errejon, qui dénonçait par ailleurs les pouvoirs trop larges du secrétaire général.

M. Errejon a finalement perdu samedi son poste de "secrétaire politique" - supprimé - et sa fonction de porte-parole au parlement, à l'issue de la réunion du nouveau "conseil citoyen étatique" du parti. Il se voit confier un nouveau poste de "responsable des analyses stratégiques et du changement politique", selon le communiqué.

La députée Irene Montero, directrice de cabinet du secrétaire général, 29 ans, sera la nouvelle porte-parole de Podemos devant les députés. Mme Montero, passée par les Jeunesses communistes, est par ailleurs en couple avec Pablo Iglesias, selon la presse espagnole, et s'exprime généralement comme lui.

"Une nouvelle phase s'ouvre, j'accepte le changement de responsabilités", a dit M. Errejon avant même la réunion.

Podemos est né en janvier 2014 et c'est désormais la troisième force politique en Espagne.

Dans son programme, M. Errejon estimait que Podemos avait été perçu par les électeurs comme "immature" et "arrogant", aux législatives de juin. Il plaidait pour un parti dialoguant avec les socialistes et démontrant son utilité au Parlement.

M. Iglesias jugeait que Podemos devait continuer à marquer sa différence avec les socialistes et mener la contestation sur tous les terrains. Il a cependant expliqué samedi que Podemos devrait "développer une stratégie de séduction politique" pour pouvoir travailler "aussi avec le Parti socialiste", dans une vidéo postée sur son compte Twitter.