L’armée syrienne est de retour à Palmyre

Rédaction
L’armée syrienne est de retour à Palmyre
©sylvain Grandadam

Les djihadistes chassés de la ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco.


Les forces gouvernementales syriennes ont atteint mercredi la périphérie de Palmyre après des combats avec le groupe Etat islamique qui contrôle cette cité antique dans le centre du pays, ont indiqué une ONG et une source militaire.

"Les forces du régime et les troupes russes sont à environ un kilomètre de la ville", a affirmé le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. Après s’être emparées d’une série de collines surplombant Palmyre, les troupes ont désormais "la moitié ouest de la ville" à portée de tir, a-t-il précisé.

Soutenues par des bombardements aériens et des troupes au sol russes, les forces gouvernementales syriennes tentent depuis des semaines d’atteindre Palmyre en avançant dans le désert de la province de Homs. Les djihadistes s’étaient emparés de Palmyre (inscrite par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité) en mai 2015 et avaient détruit les plus beaux temples et organisé des exécutions de masse dans le théâtre antique. Ils avaient été chassés de la cité en mars 2016 mais l’avaient reprise en décembre.

"Crime de guerre"

L’agence officielle syrienne a confirmé mercredi la prise de contrôle par les forces gouvernementales d’un territoire clé près de Palmyre. "La prise du mont Hilal et d’autres collines surplombant Palmyre est un pas important vers l’effondrement des groupes terroristes dans la ville", a indiqué Sana.

L’Unesco a qualifié de "crime de guerre" les dernières destructions de l’EI à Palmyre sur le tétrapyle - un monument de 16 colonnes érigé à la fin du IIIe siècle -, ainsi qu’à l’intérieur du Théâtre romain, daté pour sa part du IIe siècle. Mardi, deux bustes antiques restaurés en Italie après avoir été saccagés par l’EI ont été récupérés par Damas.