Amnesty dénonce le "nouveau" décret Trump: Celui-ci attisera "la haine et la division"

Amnesty dénonce le "nouveau" décret Trump: Celui-ci attisera "la haine et la division"
©AP
Belga

La version remaniée du décret interdisant l'entrée aux Etats-Unis aux voyageurs de six des sept pays musulmans initialement ciblés, signée lundi par Donald Trump, va "attiser la haine et la division", réagit Amnesty International dans un communiqué. 

L'opposition démocrate n'est pas davantage convaincue. Elle estime que le décret est toujours "illégal et inefficace". "Les mesures que le président Donald Trump est résolu à prendre pour fermer la porte à ceux qui fuient (les) mêmes violences qu'il dit combattre resteront dans les mémoires comme faisant partie des pages les plus sombres de l'histoire des États-Unis", selon le secrétaire général d'Amnesty International, Salil Shetty. "L'idée selon laquelle ces mesures sont prises dans l'intérêt de la sécurité nationale ne résiste pas à la moindre analyse de la situation."

Pour Amnesty, le nouveau décret "reprend tout simplement un grand nombre des éléments les plus navrants de ceux qui l'ont précédé. Il bafoue les valeurs que les États-Unis affirment défendre depuis longtemps, et menace d'anéantir les espoirs de milliers de réfugiés qui devaient se réinstaller dans le pays. Le fait de lever l'ambiguïté au sujet des résidents permanents ne vise qu'à échapper à un examen juridique plus poussé."

Les mesures "ne permettent en rien d'améliorer la sécurité de qui que ce soit", conclut l'organisation de défense des droits de l'homme. "Au contraire, elles risquent d'être directement instrumentalisées par de violents extrémistes déclarant que le gouvernement des États-Unis est en guerre avec l'islam."

Ces critiques sont largement partagées par les Démocrates, la chef de file au Congrès Nancy Pelosi parlant d'une politique "immorale" et "irréfléchie".