La déclaration de Rome, un feu vert pour "l’Europe à plusieurs vitesses"

La déclaration de Rome, un feu vert pour "l’Europe à plusieurs vitesses"
©AFP
Rédaction

Fallait-il, ou non, faire mention du concept d’"Europe à plusieurs vitesses" dans la déclaration de Rome qui sera lue le 25 mars à l’occasion du 60e anniversaire des traités fondateurs de l’Union, signés dans la Ville éternelle ? Fallait-il préciser ce que recouvre ce concept (déjà largement d’application) ?

Les pays du Benelux et les quatre grands (Allemagne, Espagne, France, Italie), entre autres, y tenaient. Les pays d’Europe centrale et orientale étaient réticents, craignant que l’on signifie par là que certains Etats sont un peu plus membres de l’Union que les autres. 

Finalement, les représentants permanents des Etats membres auprès de l’Union se sont accordés lundi sur une formulation qui exprime la volonté des uns et les préoccupations des autres : "Nous agirons ensemble, à différentes vitesses et intensités où cela sera nécessaire, tandis que nous avancerons dans la même direction, comme nous l’avons fait dans le passé, en accord avec les traités, et en gardant la porte ouverte pour ceux qui veulent nous rejoindre plus tard. Notre union est une et indivisible." De quoi contenter tout le monde et son père et éviter un désaccord qui aurait gâché la fête d’anniversaire.

Sur le même sujet