Theresa May : "Il est temps de dire 'stop' au terrorisme"

Belga et AFP

La Première ministre britannique a estimé dimanche qu'il était temps de dire "c'est assez" ("enough is enough") alors que la Grande-Bretagne a connu une troisième attaque terroriste en l'espace de trois mois. "Nous ne pouvons et ne devons pas prétendre que les choses puissent continuer ainsi", a indiqué Theresa May lors d'une déclaration officielle face à la presse, ajoutant que la campagne électorale reprendra dés demain/lundi.

Mme May a déclaré qu'il y avait "trop de tolérance" vis-à -vis de l'extrémisme au Royaume-Uni. Elle a également affirmé que des discussions "difficiles" et potentiellement "embarrassantes" étaient nécessaires au Royaume-Uni pour faire face à la propagation de l'extrémisme.

Les trois attaques récentes commises au Royaume-Uni - à Westminster, Manchester et London Bridge - ne sont pas connectées, mais les auteurs ont pu s'en inspirer et copier les faits, a estimé la leader britannique. "Le terrorisme nourrit le terrorisme et les auteurs passent à l'acte non pas sur la base de complots soigneusement préparés, mais ce sont des attaquants isolés qui se copient souvent les uns les autres en utilisant les moyens les plus grossiers", a-t-elle souligné.

"Nous faisons face à une nouvelle tendance dans la menace qui nous touche, car le terrorisme engendre le terrorisme", selon Mme May, ajoutant que cinq "complots" d'attentat "crédibles" ont été déjoués durant ces derniers mois par les services de sécurité et de renseignement.

"Les récentes attaques ne sont pas connectées via un un quelconque réseau, mais par une idéologie malfaisante. Une idéologie qui propage des idées selon lesquelles nos valeurs démocratiques ne sont pas compatibles avec l'islam. Il faut vaincre cette idéologie. Pas seulement avec une intervention militaire, mais en éloignant les personnes de cette idéologie et en réaffirmant que nos valeurs sont supérieures à celles des prêcheurs de haine", a encore déclaré Theresa May.

La leader britannique a appelé à revoir la stratégie de lutte contre le terrorisme de son pays. Notamment, en travaillant avec les gouvernements alliés à la régulation du cyberespace afin de régler la problématique de la propagation de la propagande extrémiste en ligne. Mme May a également annoncé son intention de revoir les peines dans les cas en lien avec le terrorisme.

Les élections maintenues

Enfin, la Première ministre britannique a annoncé la reprise de la campagne électorale dès demain/lundi. L'élection générale se déroulera comme prévu jeudi. "La violence ne peut pas interrompre le processus démocratique, les campagnes reprendront dès demain. Nous devons nous unir et c'est unis que nous vaincrons nos ennemis", a-t-elle conclu.

Trois assaillants à bord d'une camionnette ont foncé dans la foule sur le London Bridge puis attaqué des passants au couteau, faisant sept morts et 48 blessés, avant d'être abattus par la police.

La police a indiqué qu'elle traitait ces attaques, qui interviennent à seulement cinq jours des élections législatives au Royaume-Uni, comme "des actes de terrorisme". Il s'agit du troisième attentat qui frappe la Grande-Bretagne en moins de trois mois.