L'Egypte suspend les liaisons aériennes avec le Qatar à partir de mardi

L'Egypte suspend les liaisons aériennes avec le Qatar à partir de mardi
©AP
AFP et Belga

L'Egypte a annoncé lundi la suspension des liaisons aériennes avec le Qatar à partir de mardi, après avoir rompu ses relations diplomatiques avec le riche émirat gazier accusé de soutenir le "terrorisme". Six compagnies aériennes du Golfe ont annoncé une décision similaire dans la journée, après que l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Bahreïn notamment ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec Doha.

"L'arrêt de tous les vols aériens entre l'Egypte et le Qatar" a été annoncé lundi par le ministère de l'Aviation civile dans un communiqué. La décision sera appliquée "dès mardi 6 juin à 04H00 GMT (06H00 au Caire) et ce jusqu'à nouvel ordre", selon le texte.

En outre, les avions du Qatar n'auront pas le droit d'emprunter l'espace aérien de l'Egypte, ni d'atterrir dans le pays, précise le communiqué.

De son côté, la compagnie aérienne égyptienne EgyptAir a annoncé dans un communiqué "la suspension de ses vols reliant Le Caire à Doha, à partir de mardi, jusqu'à nouvel ordre".

Le chargé d'affaires égyptien à Doha a également été rappelé et devrait rentrer au Caire sous les 48 heures, a annoncé le ministère des Affaires étrangères égyptien dans un communiqué.

Outre l'Egypte, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Bahreïn ont annoncé lundi peu avant l'aube la rupture de leurs relations diplomatiques avec Doha, accusé de soutenir Al-Qaïda, le groupe Etat islamique (EI), mais aussi la confrérie islamiste des Frères musulmans.

"L'ambassadeur du Qatar en Egypte (Saif Bin Muqaddam Al-Buainain, ndlr) a été convoqué au siège du ministère des Affaires étrangères (...), un délai de 48 heures lui a été donné pour quitter le pays", selon le communiqué.

Les citoyens du Qatar ont 14 jours pour quitter l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn et les ressortissants de ces trois pays se voient interdire de se rendre au Qatar.

Le Caire et Doha ont des rapports extrêmement tendus depuis que l'armée égyptienne a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

Le Qatar était l'un des principaux soutiens de M. Morsi et avait dénoncé son éviction par l'ex-chef de l'armée et actuel président Abdel Fattah al-Sissi. Le riche émirat gazier du Golfe a condamné à plusieurs reprises la répression lancée par le régime contre les pro-Morsi.