Pourquoi le plus dur reste à faire pour Angela Merkel (ANALYSE)

Sabine Verhest
Les prochaines semaines s’annoncent difficiles pour Angela Merkel. Si l’Union chrétienne-démocrate (CDU), avec son alliée chrétienne-sociale bavaroise (CSU), s’est imposée dimanche en Allemagne (32,9 %), la chancelière enregistre aussi son plus mauvais score. L’extrême droite fait de surcroît...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet