Quand le président tchèque brandit une fausse arme devant les journalistes

Jacques Besnard
Quand le président tchèque brandit une fausse ak-47 devant les journalistes
©AP

Imagineriez-vous le président français Emmanuel Macron sortir une arme (même factice) devant un parterre de journalistes ? Non ? C'est pourtant ce qu'ont vécu les Tchèques vendredi dernier...

Le président Milos Zeman, admirateur de Donald Trump, a ainsi sorti une fausse arme en pleine conférence de presse avec une inscription "Pour les journalistes".

Un magnat des médias en Premier ministre

Pas très drôle quand on sait que le président tchèque critique durement les médias. Il avait ainsi traité les journalistes de "hyènes" et de "fumiers". En mai, il avait "blagué" avec Vladimir Poutine en arguant que certains journalistes présents devaient être liquidés.

La blague ne passe pas dans la mesure où Zeman vient d'affirmer vouloir nommer le populiste Andrej Babiš, un magnat des médias qui vient de remporter les élections législatives ce samedi. Ce dernier a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille alors qu'il a été mis en examen pour détournement de fonds européens.

Les groupes de défense des droits de l'homme ont évidemment rapidement condamné cette menace à peine voilée du président tchèque. Faut-il rappeler qu'en 2016, 74 journalistes sont morts dans le monde pour avoir fait leur travail ? La semaine passée, une journaliste maltaise, Daphne Caruana Galizia, est décédée dans l'explosion de sa voiture. Elle avait révélé plusieurs scandales de corruption touchant la politique locale.

Quand le président tchèque brandit une fausse arme devant les journalistes
©AFP

Pas son premier dossier

Zeman n'en n'est pas à son premier "coup d'éclat". Ivre, il avait traité les Pussy Riot de "putes" et accusé son gouvernement d'être un proxénète.

Il a également été critiqué pour avoir pris des positions pro-russes. Cela lui avait valu une volée de bois vert lors de la célébration des vingt-cinq ans de la "révolution de velours" en 2014.

Enfin, en 2016, il a exhorté les Tchèques à s'armer contre un "Super Holocauste" potentiel qui serait apparemment mené par les musulmans.