L’artiste Mikis Theodorakis est devenu une figure vantée par l’extrême-droite

Angélique Kourounis Correspondante en Grève
L’artiste Mikis Theodorakis est devenu une figure vantée par l’extrême-droite
©AFP
Quelle ironie ! Lui qui a chanté “La libération de la Grèce de la dictature des colonels, les yeux tournés vers le Chili de Pinochet en 74”, lui qui a été arrêté, torturé, emprisonné par cette dictature, lui qui était le symbole de cette Grèce qui résiste, de cette Grèce, qui durant les années de plomb, était du mauvais côté du bâton, lui,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité