L’Italie demande des comptes après la catastrophe : "Tout le monde s'attendait à ce que le pont tombe"

Plus de vingt-quatre heures après l’écroulement du viaduc Morandi, c’est encore l’incrédulité qui domine sur la petite place du quartier Certosa, un quartier populaire de Gênes qui compte pas moins de trente mille habitants. "Je n’arrive pas à y croire,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet