Comment les Occidentaux multiplient les pressions sur l’Arabie saoudite

Comment les Occidentaux multiplient les pressions sur l’Arabie saoudite
©AP

Les États-Unis n’assureront plus le ravitaillement en vol des avions de la coalition dirigée par Riyad.

La guerre au Yémen amorce sans doute un tournant qui peut la mener à son terme. L’administration Trump et le pouvoir saoudien ont annoncé samedi que Riyad prendra désormais en charge les ravitaillements en vol des avions de la coalition militaire qu’elle commande au Yémen, en lieu et place des États-Unis. Ceux-ci apportent une aide logistique et de renseignement à cette coalition qui appuie depuis mars 2015 le gouvernement yéménite confronté à l’insurrection des Houthistes, une milice appuyée par l’Iran. Si Riyad a précisé avoir demandé à Washington de ne plus assurer ces ravitaillements parce qu’elle était maintenant capable de le faire elle-même, il ne fait aucun doute que l’exécutif américain s’est vu contraint d’y renoncer sous la pression du Congrès, qui menaçait de prendre une action contre ces coûteuses opérations.

Cette annonce tend à confirmer que les Occidentaux haussent le ton vis-à-vis de l’Arabie saoudite, affaiblie par l’affaire Khashoggi alors qu’elle était déjà critiquée pour ses bavures dans une guerre qui prend pour elle des allures de bourbier. Lors d’un entretien dimanche avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, qui est aussi ministre de la Défense, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a explicitement appelé à "la fin des hostilités", demandant que "toutes les parties viennent à la table pour négocier une solution pacifique au conflit".

Le secrétaire d’État britannique au Foreign Office Jeremy Hunt, reçu lundi à Riyad par le roi Salmane, s’est dit favorable à une "nouvelle action" au Conseil de sécurité pour parvenir à organiser un nouveau round de négociations "d’ici la fin de l’année". Et pour le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, "il n’y aura pas de vainqueur dans cette guerre. Donc, il faut arrêter les frais".

Sur le même sujet