Trump a ordonné des frappes sur l'Iran, avant de se rétracter au dernier moment

L.DC

Le président Donald Trump a autorisé des frappes militaires sur l'Iran, avant de se rétracter, écrit le New York Times. Ces frappes avortées sont la conséquence de vives tensions entre les deux pays, dont le point culminant a été atteint après qu'un drone américain a été descendu après avoir survolé un territoire que Téhéran considère comme le sien.


Que s'est-il passé ce jeudi soir, vers 19h, dans le bureau ovale de la Maison Blanche?

D'après le New York Times, les militaires et diplomates américains s'attendaient à donner l'assaut sur l'Iran après de vifs débats autour des tensions avec de pays du Golfe. Le quotidien américain, qui cite les autorités américaines, explique que le président Trump aurait donné le feu vert à plusieurs attaques contre une poignée de cibles iraniennes, telles que des radars et des batteries de missiles. Ensuite, l'opération a été annulée au dernier moment, toujours selon les sources officielles.

Les militaires étaient pourtant à deux doigts de s'engager puisque les avions avaient décollé du sol et les bateaux étaient en position pour faire feu. Mais, aucun missile n'a été tiré. Comment expliquer ce revirement de situation? "Il n'est pas clair de savoir si Donald Trump a simplement changé d'avis ou si l'administration a donné l'ordre d'arrêter la manoeuvre", écrit le New York Times.

Cette attaque avortée aurait été la conséquence de la destruction d'un drone américain par un missile sol-air iranien. La localisation précise de la zone survolée fait l'objet de débats entre Washington et Téhéran. L'un déclare que l'engin ne survolait pas l'espace aérien iranien tandis que le second a déclaré "posséder des preuves irréfutables" que c'était le cas.

La Maison Blanche et le Pentagone ont refusé de commenter l'information divulguée par le New York Times.