Depuis l'arrivée de la société américaine Uber en Europe, les chauffeurs de taxis officiels sont à cran. La plupart considère en effet Uber comme une "concurrence déloyale". A tel point qu'en France, cette "guerre" a fini par dégénérer ce weekend. Un client d'Uber a ainsi été agressé à Lyon dans la nuit de samedi à dimanche par un ou plusieurs chauffeurs de taxis. Une information confirmée par la police française, peut-on lire sur Metronews.

Alexandre, 26 ans, a donc été "frappé au visage à coups de poings" après avoir fait appel à un véhicule Uber puisqu'un taxi officiel avait refusé de le conduire. Son père, dévasté, a témoigné sur les ondes d'Europe 1. "Mon fils m'a dit : 'Au premier coup j'ai senti que cela avait craqué, au deuxième je suis tombé dans le cirage, et puis il m'en a recollé par terre'. Il est dans un sale état, je ne l'ai même pas reconnu. Il a des fractures à la mâchoire, le nez cassé et la pommette défoncée. Hier il pleurait : il est mal moralement et il souffre".

Insultes

Un autre incident a également éclaté la même nuit à Lyon puisqu'un autre client d'Uber a affirmé avoir été insulté par des chauffeurs de taxis et avoir été encerclé par plusieurs d'entre eux. 

Le président de la fédération des taxis indépendants du Rhône a été forcé de réagir sur Europe 1. Pour lui, il n'existe "aucune preuve qu'un chauffeur de taxi soit impliqué dans cette agression". Mais il rappelle que "si l'enquête mettait en cause un conducteur, il ne cautionnerait pas l'usage de la violence physique".