Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls est rentré samedi à Paris après avoir écourté sa visite aux Antilles et devait recevoir dans la matinée le rapport de l'enquête administrative sur l'expulsion controversée de la collégienne Leonarda Dibrani, a-t-on affirmé à l'AFP dans son entourage. Libération ajoute que l'Élysée envisagerait le retour de la jeune kosovare face à la mobilisation. Manuel Valls aurait également menacé de démissionner vendredi, avant de quitter la Martinique.

Son avion en provenance de Point-à-Pitre, en Guadeloupe, a atterri peu avant 08H30 à l'aéroport d'Orly.

"Il reçoit le rapport ce matin et il y aura une communication gouvernementale dans le week-end", s'est à nouveau borné à dire son entourage, sans plus de précisions.

Manuel Valls est vivement critiqué, notamment à gauche, pour les conditions d'interpellation de Leonarda, expulsée le 9 octobre vers le Kosovo avec sa famille après avoir été prise en charge par la police en pleine sortie scolaire. Des milliers de lycéens ont aussi manifesté jeudi et vendredi pour réclamer le retour de l'adolescente rom kosovare, voire la démission du ministre.

L'enquête de l'Inspection générale de l'administration, commandée mercredi, doit dire si cette expulsion a été conforme au droit.

"S'il y a eu faute, l'arrêté de reconduite à la frontière sera annulé", a assuré mercredi le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. L'Elysée a fait savoir que le gouvernement pourrait décider de sanctuariser non seulement l'école, comme c'est déjà le cas, mais aussi le "temps de vie scolaire".


Le rapport du ministère français de l'Intérieur est "une catastrophe"

Le rapport du ministère français de l'Intérieur stipulant que l'expulsion controversée vers le Kosovo de la collégienne rom Leonarda et de sa famille a été "conforme à la réglementation en vigueur" en France, est "une catastrophe", a déclaré samedi Resat Dibrani, le père de Leonarda.

"C'était dur jusqu'à présent, mais ceci est une catastrophe. Nous ne baissons pas les bras. Mes enfants étaient intégrés en France, nous continuons le combat car mes enfants sont ici (ndlr: au Kosovo) des étrangers", a déclaré M. Dibrani à l'AFP, réagissant à la publication de ce rapport.

"Je ne veux pas vivre ici. Pour moi c'est un pays étranger. Je veux revenir en France, je veux rentrer chez moi", a, de son côté, déclaré Leonarda.

Selon la rapport du ministère de l'Intérieur français, cependant les forces de l'ordre "n'ont pas fait preuve du discernement nécessaire" en interpellant l'adolescente lors d'une sortie scolaire le 9 octobre.

Plusieurs milliers de lycéens avaient manifesté vendredi pour réclamer le retour en France de Leonarda.