La commémoration du génocide rwandais au temps du Covid-19

La commémoration du génocide rwandais au temps du Covid-19
©AP
© Libération

Le 7 avril marque le premier jour des massacres des Tutsis, en 1994. 

Le téléphone portable de Chaste Uwihoreye, psychologue, n’arrête pas de sonner. "Je me sens mal, j’ai des maux de tête, des angoisses, je panique", lui explique Delphine, 36 ans, à l’autre bout du fil. Cette femme est une rescapée du génocide des Tutsis en 1994. Ces jours-ci, les images qui la hantent encore, ressurgissent de façon plus violente.

Chaque année,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité