Pourquoi les élections de ce mercredi au Burundi risquent d'être biaisées et d'attiser les violences

Élections présidentielle, législatives et communales ce mercredi. L’opposant Agathon Rwasa a le vent en poupe, mais la commission électorale est jugée partiale et le pouvoir écarte les observateurs. Des militaires lourdement armés et la milice Imbonerakure du régime patrouillaient en ville mardi.

Pourquoi les élections de ce mercredi au Burundi risquent d'être biaisées et d'attiser les violences
©AFP

Élections présidentielle, législatives et communales ce mercredi. L’opposant Agathon Rwasa a le vent en poupe, mais la commission électorale est jugée partiale et le pouvoir écarte les observateurs. Des militaires lourdement armés et la milice Imbonerakure du régime patrouillaient en ville mardi.

Ce sont 46 % des près de 12 millions de Burundais qui sont appelés aux urnes ce mercredi pour les élections présidentielle, législatives et communales.

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet