Au Burundi, l’armée recourt aux miliciens Imbonerakure, responsables de très nombreuses violations des droits de l'homme

Cela se trouve en toutes lettres dans un document militaire parvenu à notre rédaction.

placeholder
© afp
Alors que la délégation de l’Union européenne a informé les autorités du régime semi-militaire du Burundi de son intention d’œuvrer à la levée de la suspension de son aide directe, on a appris la libération du militant des droits de l’homme Germain Rukuki. Condamné à 32 ans...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité