Tunisie: un directeur d'hôpital fond en larmes, désespéré par le manque d’oxygène

Sur une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux ces derniers jours, on aperçoit tout le désarroi du directeur d'un hôpital tunisien en pénurie d'oxygène.

placeholder
© Twitter

Depuis plusieurs semaines, la Tunisie est en proie à une explosion de l'épidémie de Covid-19. Avec une campagne de vaccination encore très limitée (seulement 4 % de la population totale est entièrement vaccinée), une pénurie de doses et le non-respect des règles de distanciation physique, le taux de contamination s’envole et le nombre de décès accroît chaque jour, atteignant aujourd'hui 160 en moyenne au quotidien.

Malgré les récentes mesures prises par le gouvernement, dont des confinements localisés et la prolongation du couvre-feu, les hôpitaux tunisiens sont à la limite de la saturation et de nouveaux patients continuent d'affluer chaque jour. L’oxygène commence dès lors sérieusement à manquer dans certaines zones. C'est notamment le cas à Mater, au nord-ouest de la Tunisie. L’hôpital qui compte une quarantaine de patients malades du Covid-19 n’a plus d’oxygène.

Un ravitaillement au compte-goutte

Dans cet établissement, le ravitaillement se fait au compte-goutte alors que chaque minute compte. Sur une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux ces derniers jours, on aperçoit le directeur de cet hôpital attendant désespérément qu'un camion vienne les ravitailler en urgence. Pendu à son téléphone, l’homme finit par craquer, le visage noyé de larmes, devant la caméra d’un journaliste local.


"Cela s’est passé hier (NDLR : dimanche 18 juillet), en début d’après-midi", raconte le reporter présent sur place, Soufien Ban Aissa, contacté par Le Parisien. "Des familles de malades inquiètes étaient dehors, impatientes de voir les bouteilles d’oxygène arriver. Mais le camion chargé de ravitailler l’hôpital ne venait pas. J’ai tourné la tête et j’ai vu cet homme s’effondrer, en larmes, qui nous a dit qu’il n’y avait plus du tout d’oxygène et qu’il perdait des patients".

Certains pays, comme le Maroc et la France, ont d’ores et déjà acheminé du matériel médical d’urgence, dont de l’oxygène.