Après le coup de force du président, la Tunisie dans l'attente d'une feuille de route politique

Plus de 48h après le coup de force du président Kais Saied, qui s'est octroyé le pouvoir exécutif, les Tunisiens attendent toujours une feuille de route pour la suite, la société civile mettant en garde contre tout prolongement "illégitime" de la suspension du Parlement.

AFP

Diplomates russes et américains se sont retrouvés mercredi à Genève pour poursuivre le dialogue entamé par Vladimir Poutine et Joe Biden en vue de tenter de stabiliser des relations bilatérales très dégradées, des discussions de haut niveau qualifiées de "substantielles" par Washington et de "pragmatiques" par Moscou.

La réunion sur les bords du lac Léman, entre les délégations dirigées par le numéro 2 du département d'Etat américain, Mme Wendy Sherman, et par le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, côté russe, s'est déroulée à huis clos et sans accès des médias.

"Les discussions à Genève ont été professionnelles et substantielles et les deux délégations sont tombées d'accord pour se retrouver en séance plénière à la fin septembre", a expliqué Ned Price, le porte-parole de la diplomatie américaine dans un communiqué.

M. Riabkov s'est dit "très satisfait" du déroulement de la réunion, avec des discussions "pragmatiques, professionnelles et précises" et il a confirmé le prochain rendez-vous de fin septembre, selon les agences de presse russes.

Groupes d'experts

En attendant la nouvelle réunion de septembre, les deux parties auront des consultations informelles pour déterminer "quels sujets seront abordés par des groupes d'experts à cette deuxième plénière", a précisé M. Price.

M. Riabkov a souligné pour sa part que Washington et Moscou n'avaient pu se mettre d'accord sur la façon de surmonter la crise concernant le contrôle des armements.

"C'est très compliqué. Ce problème a été négligé depuis trop longtemps et nous ne sommes qu'au tout début du processus d'échanges de points de vue", a-t-il dit aux médias russes.

"La réunion d'aujourd'hui est le commencement de ce dialogue avec la Fédération de Russie. La délégation américaine a discuté des priorités américaines, de l'environnement sécuritaire actuel, de la perception nationale des menaces sur la stabilité stratégique, des perspectives en matière de contrôle des armements et du format des futures séances du dialogue stratégique", a précisé pour sa part le porte-parole du Département d'Etat.

Les deux parties avaient pris soin de tempérer les attentes avant la réunion.

Tensions

La rencontre de mercredi en Suisse intervient dans un contexte de tensions sur plusieurs fronts entre les deux nations, les Etats-Unis ayant menacé Moscou de prendre des mesures si la Russie ne mettait pas fin à la vague de cyberattaques qui, selon les autorités américaines, proviennent en grande partie de son territoire.

La Russie nie toute responsabilité à ce sujet mais M. Poutine a salué les efforts de M. Biden en vue de rendre les relations plus prévisibles.

Toutefois, mardi encore, le président américain s'en est pris sans détour à son homologue russe dans une allocution devant les services de renseignement. Il a accusé la Russie d'oeuvrer une nouvelle fois à influer sur les élections américaines à l'instar de ce qui s'est passé à l'occasion de la présidentielle de 2016.

"C'est une violation pure et simple de notre souveraineté", a-t-il accusé.

Vladimir Poutine "a un vrai problème, il est à la tête d'une économie qui a des armes nucléaires et des puits de pétrole et rien d'autre", a dit Joe Biden, ajoutant : "cela le rend encore plus dangereux selon moi".

Au cours de leur sommet, les présidents russe et américain -qui sont à la tête des deux plus grands arsenaux nucléaires du monde- avaient insisté sur la nécessité de se parler, soulignant que, même au plus fort de la Guerre froide, Moscou et Washington discutaient pour éviter le pire.

Les médias ayant été tenus à l'écart, les seules images de la réunion sont deux photos diffusées par la représentation américaine à Genève. On y voit Wendy Sherman et Sergueï Riabkov se cogner le coude en guise de salutation devant un drapeau américain et un drapeau russe. Sur la deuxième image, les deux diplomates, qui portent un masque de protection, se font face.

Mme Sherman arbore sur le revers droit de sa veste une grande broche dorée - un oiseau aux ailes déployées - qui rappelle les bijoux portés par l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright.

Sur le même sujet