L’avocat belge expulsé du Rwanda demande le soutien de la Belgique

L’avocat a été expulsé du Rwanda sans pouvoir s’entretenir avec son client. La faute à un visa touristique selon Kigali.

Le Rwandais Paul Rusesabagina, dont l'histoire a inspiré le film "Hôtel Rwanda", et l'acteur américain Don Cheadle qui incarne son rôle à l'écran, le 6 décembre 2004 à Los Angeles,a aux Etats-Unis
©afp.com
H. Le. (Avec AFP et Belga)

L’avocat belge de Paul Rusesabagina, ancien gestionnaire de l’hôtel Mille Collines, à Kigali, Me Vincent Lurquin, a été expulsé du Rwanda après s’être vu refuser l’accès à la prison où son client est détenu dans l’attente du verdict de son procès pour "terrorisme".

Paul Rusesabagina, qui jouit de la nationalité belge, est défendu à son procès par une avocate rwandaise.

L'homme a été rendu célèbre en 2004 par le film Hôtel Rwanda qui raconte comment ce Hutu a sauvé plus de 1 000 personnes au cours du génocide de 1994.

Âgé de 67 ans, ce virulent opposant au président Paul Kagame a été jugé de février à juillet pour son soutien présumé au Front de Libération nationale (FLN), groupe rebelle accusé d’attaques meurtrières au Rwanda.

Ses avocats et ses proches ont régulièrement dénoncé l’impossibilité de le rencontrer depuis son arrestation dans des conditions troubles à Kigali en août 2020, à la descente d’un avion qu’il pensait être à destination du Burundi. Le gouvernement rwandais a admis avoir "facilité le voyage" vers Kigali, mais affirmé que l’arrestation était "légale" et que "ses droits n’ont jamais été violés".

"Procès politique"

M. Rusesabagina et sa défense ont boycotté les audiences depuis mars, protestant contre un procès "politique" rendu possible par son "enlèvement" et contre la violation de ses droits à la défense.

Me Lurquin, expulsé samedi soir du Rwanda pour "avoir enfreint la loi sur l’immigration", est rentré en Belgique ce dimanche après-midi, via des escales en Ouganda et aux Pays-Bas. Il a confirmé à l’agence Belga avoir été arrêté et interrogé par les autorités rwandaises avant d’être escorté par des militaires jusque sur le tarmac de l’aéroport.

Les autorités rwandaises justifient l'expulsion du Belge par le fait que le visa de l'avocat "lui permettait de visiter le pays […] mais pas de travailler", selon le chef de la Direction générale de l'Immigration et de l'Émigration du Rwanda, cité samedi par l'AFP. Commentant l'affaire auprès de l'agence Belga, l'avocat assure qu'il s'agit d'un "problème purement politique". Il dit à ce titre "escompter que la Belgique réagisse" et demande "une réaction nette et ferme face à une arrestation, interrogation, expulsion d'un avocat belge parce qu'il fait son travail d'avocat". "Il faut se réveiller par rapport au Rwanda. Il y a des lois, il faut respecter le droit à la défense", poursuit l'avocat.

La prison à vie a été requise contre Paul Rusesabagina. Cet opposant au président rwandais Paul Kagame est visé par neuf chefs d’accusation, dont celui de "terrorisme". L’opposant a participé à la fondation en 2017 du Mouvement rwandais pour le changement démocratique (MRCD), dont le FLN est considéré comme le bras armé. Mais il nie toute implication dans des attaques menées par ce groupe en 2018 et 2019, qui ont fait neuf morts.

La date de l’annonce du verdict, initialement prévue vendredi, a été fixée au 20 septembre.

Sur le même sujet