Le "mégacontrat chinois" au Congo étrillé par ses évaluateurs

L’État congolais doit en dénoncer "le caractère léonin" au profit des Chinois, juge un rapport d’étude.

Marie-France Cros
Mine de cuivre et cobalt à Kolwezi. Celles octroyées à la joint venture sont loin d’atteindre le rendement attendu. Et leurs bénéfices ne sont pas utilisés comme prévu.
Mine de cuivre et cobalt à Kolwezi. Celles octroyées à la joint venture sont loin d’atteindre le rendement attendu. Et leurs bénéfices ne sont pas utilisés comme prévu. ©AFP
Le 7 décembre 2007, La Libre Belgique avait révélé le contenu du protocole d'accord signé le 17 septembre précédent à Kinshasa, par le ministre congolais des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction, Pierre Lumbi, et par le représentant d'un groupement d'entreprises chinoises (Exim Bank, China Railway...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...