Libye: la population dans les centres de détention de Tripoli a triplé en cinq jours

Au moins 5.000 migrants et réfugiés ont été placés en détention à Tripoli en Libye au cours des jours passés dans le cadre d'une campagne sécuritaire lancée vendredi.

AFP
Libye: la population dans les centres de détention de Tripoli a triplé en cinq jours
©AP

Le nombre de personnes privées de liberté en centre de détention a dès lors triplé dans la capitale en cinq jours, selon une communication de Médecins Sans Frontières (MSF) mercredi. Le ministère de l'Intérieur libyen a annoncé vendredi lancer cette campagne pour lutter contre les trafiquants de drogues et d'alcool et les migrants illégaux dans le quartier de Gargaresh à l'ouest de la capitale.

Quelques heures plus tard, le ministère affirmait qu'un centre de détention de migrants avait reçu "4.000 migrants illégaux de diverses nationalités", dans le cadre de cette campagne.

MSF, qui assure des soins médicaux dans trois centres de détention à Tripoli, affirme avoir constaté que certains détenus sont maintenus "dans des conditions de surpopulation et d'insalubrité sans accès à de la nourriture, de l'eau, un abri ou des soins médicaux".

L'ONG affirme aussi que bien des captifs ont subi "de graves violences physiques, dont sexuelles", durant les raids dans leurs demeures.

Les Nations Unies ont annoncé samedi qu'un migrant avait été tué et 15 autres blessés lors de ces rafles.

Depuis deux jours, les collaborateurs de MSF ont pu se rendre dans deux centres de détention. Dans l'un d'entre eux, ils ont vu plus de 500 personnes entassées dans des cellules, plus de deux fois plus par rapport à la situation habituelle. Des heurts ont eu lieu en raison de protestations de détenus.

MSF appelle le gouvernement à mettre fin aux arrestations massives de migrants et de réfugiés vulnérables et à libérer toutes les personnes détenues arbitrairement. Elle demande également la reprise des vols humanitaires d'évacuation et de réinstallation hors de Libye.

La Libye est devenue une principale route de transit pour des migrants qui tentent de rejoindre l'Europe par la mer depuis que le chaos s'est installé dans ce pays d'Afrique du Nord après les révoltes de 2011 et la chute du dictateur Mouamar Kadhafi.