Coup d'Etat au Soudan: six ambassadeurs soudanais, dont celui auprès de l'UE, démis de leur fonction par l'armée

À la suite du coup d'État militaire au Soudan, les dirigeants militaires ont démis de leur fonction six ambassadeurs, dont celui qui officiait auprès de l'Union européenne, a annoncé jeudi l'armée à la télévision d'État soudanaise.

Coup d'Etat au Soudan: six ambassadeurs soudanais, dont celui auprès de l'UE, démis de leur fonction par l'armée
©AP
DPA

Les ambassadeurs soudanais auprès de l'Union européenne, des États-Unis, de la Chine, de la France et du Qatar, ainsi que le chef de la mission soudanaise à Genève ont été relevés de leur fonction.

Plusieurs diplomates soudanais ont condamné la prise de pouvoir militaire et exprimé leur solidarité avec les manifestants qui se sont opposés au coup d'État dans le pays.

"Nous réitérons notre engagement indéfectible et notre soutien total à la lutte du peuple soudanais pour la liberté, la paix et la justice et appelons de nos voeux un système démocratique permanent dans le pays", ont déclaré les ambassadeurs soudanais en Belgique, France, Suisse, Chine, Afrique du Sud, au Qatar, Koweït et aux Émirats arabes unis dans une déclaration commune.

L'armée a pris le pouvoir dans ce pays d'Afrique de l'Est lundi et a arrêté le Premier ministre Abdallah Hamdok, qui refusait de soutenir le coup d'État, avant de le reconduire chez lui. Le général Abdel Fattah al-Burhan a dissous le gouvernement civil de transition et décrété l'état d'urgence.

Le coup d'État a été condamné par la communauté internationale. L'Union africaine (UA) a annoncé mercredi suspendre l'affiliation du Soudan "jusqu'à la restauration effective de l'Autorité de transition dirigée par des civils". De leur côté, les États-Unis et l'Union européenne ont déclaré qu'ils continueraient à reconnaître le Premier ministre soudanais déchu, Abdallah Hamdok, comme dirigeant légitime. Les États-Unis ont déjà suspendu leur programme d'aide de 700 millions de dollars en faveur du Soudan et l'Union européenne menace également de geler son aide financière au pays.