RDC: nouveaux massacres dans l'est, en Ituri et dans les deux Kivu

Un nouveau carnage attribué aux rebelles ADF a fait vendredi au moins 38 morts dans le Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), un lourd bilan auquel s'ajoutent lundi une vingtaine de tués dans les provinces voisines de l'Ituri et du Sud-Kivu.

RDC: nouveaux massacres dans l'est, en Ituri et dans les deux Kivu
©AP

De premières informations avaient fait état vendredi d'au moins six personnes tuées et plusieurs prises en otages dans la nuit dans l'attaque d'un hôpital à Kisunga, dans le territoire de Beni (Nord-Kivu, est).

Les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) qui, selon l'armée, multiplient les attaques contre des centres hospitaliers et pharmacies pour s'approvisionner en médicaments, étaient immédiatement accusés.

Ce bilan a été "réévalué à 38 morts après la découverte de nouveaux corps sur l'axe Kamwanga - Kibasiamwagha", deux villages voisins, a indiqué lundi sur Twitter le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST en anglais), qui dispose d'experts sur le terrain.

La Croix-rouge locale a également compté 38 morts au total dans les trois villages.

Selon le KST, "il s'agit de l'attaque (des ADF) la plus meurtrière depuis celle de Boga et Tchabi dans la nuit du 30 au 31 mai", dans la province voisine de l'Ituri, qui avait fait 57 morts.

"Les corps étaient pour la plupart ligotés et les cous tranchés à la machette", a expliqué un responsable de la Croix-rouge locale chargée de la recherche et de l'enterrement des corps, Samy Kaleverwa, à l'AFP. "Nous n'avons pas encore terminé les recherches des cadavres dans la brousse", a-t-il ajouté.

"Nous avions alerté les forces de sécurité sur la présence des ADF dans la zone. Mais, il n'y a eu aucune réaction jusqu'à ce massacre", a déploré le président de l'organisation Nouvelle société civile du Congo à Bashu, en territoire de Beni, Moïse Kiputulu.

Ces morts s'ajoutent à "au moins 1.137 civils tués au Nord-Kivu et en Ituri depuis le début de l'état de siège, le 6 mai", selon le KST.

Cette mesure exceptionnelle prise par le président congolais Félix Tshisekedi a pour objectif de lutter contre les groupes armés sévissant depuis plus de 25 ans dans la partie orientale du pays, notamment les ADF qui sont les plus meurtriers. Les autorités civiles y ont été remplacées par des officiers de l'armée et de la police.

A l'origine, les ADF étaient une coalition de groupes armés ougandais, dont le plus important composé de musulmans, opposés au régime du président Yoweri Museveni. Ils sont installés depuis 1995 dans l'est congolais, où ils ont fait souche.

Depuis avril 2019, certaines de leurs attaques sont revendiquées par l'organisation État islamique qui désigne le groupe comme sa "Province d'Afrique centrale". En mars dernier, les États-Unis ont placé les ADF parmi les "groupes terroristes" affiliés aux djihadistes de l'EI.

Par ailleurs, en Ituri, province minée par des conflits communautaires, au moins 17 personnes ont été tuées lundi dans le village de Chabusiku, à 12 km du chef-lieu provincial, Bunia, certaines ayant été retrouvées calcinées dans leurs maisons, a annoncé le chef du secteur rural de Bahema-Irumu, David Bahinduka Bamuhiga.

Le KST a chiffré à "au moins 18 civils tués" le bilan de cette attaque dont sont soupçonnés les miliciens du groupe "Chini ya Kilima - FPIC".

Cette "Force patriotique et intégrationniste du Congo" est une milice qui prétend défendre les intérêts des Bira, une des communautés de cette province aurifère qui a renoué avec les violences depuis fin 2017, après des années d'accalmie.

Selon M. Bahinduka, les victimes de l'attaque de lundi sont "en majorité" des membres de la communauté Hema. "Nous avons mobilisé les jeunes pour creuser les tombes", a-t-il dit, constatant que les militaires congolais étaient "intervenus, mais avec retard".

Enfin plus au sud, dans la province du Sud-Kivu, qui elle n'est pas placée en état de siège, au moins six personnes ont été tuées et sept blessées dans la nuit de dimanche à lundi dans une attaque attribuée à une milice d'autodéfense, a annoncé le gouverneur de province.

Le porte-parole de l'armée dans le secteur, le major Dieudonné Kasereka, avait auparavant évoqué cinq tués et une douzaine de maisons incendiées. Selon lui, cette opération a été menée par la "coalition Ngumino Twigwaneho", composée de Banyamulenge (Tutsi congolais aux lointaines origines rwandaises, ndlr), en représailles à d'autres récentes attaques.