Omicron: Israël place plusieurs pays européens sur liste rouge, dont la Belgique

Les étrangers non résidents sont interdits d'entrée en Israël, sauf exception.

Omicron: Israël place plusieurs pays européens sur liste rouge, dont la Belgique
©AP

Le gouvernement israélien a interdit dimanche à ses citoyens de se rendre dans plusieurs pays européens placés sur liste rouge, et les Etats-Unis pourraient y être ajoutés afin d'empêcher la propagation du variant Omicron. Ces restrictions de déplacements à l'étranger, qui concernaient déjà la plupart des pays africains ainsi que la Grande-Bretagne et le Danemark, s'appliquent désormais également à l'Espagne, la Finlande, la France, l'Irlande, la Norvège, la Suède et également les Emirats arabes unis.

Le ministère israélien de la Santé a également recommandé d'ajouter à cette liste rouge les Etats-Unis, malgré les centaines de milliers de binationaux, ainsi que le Canada, l'Allemagne, la Belgique, la Hongrie, l'Italie, le Maroc, le Portugal, la Suisse et la Turquie.

Cette proposition doit encore être validée par le gouvernement et les parlementaires.

Le Premier ministre Naftali Bennett a défendu ces restrictions de voyage, nécessaires selon lui pour éviter d'avoir recours à de nouveaux confinements.

"Le temps presse. Les pays européens ont soit instauré des confinements, soit s'apprêtent à le faire", a-t-il déclaré dimanche avant un conseil des ministres.

Les étrangers non résidents sont interdits d'entrée en Israël, sauf exception. Les citoyens et résidents israéliens se trouvant dans un pays nouvellement inscrit sur la liste rouge devront se confiner pendant une semaine à leur retour.

Dimanche soir, M. Bennett a affirmé que le pays observait une cinquième vague épidémique, appelant les résidents à télétravailler et à vacciner leurs enfants.

"Notre objectif est de vaincre cette nouvelle vague avec le moins de conséquences possibles sur l'économie et l'éducation", a-t-il dit.

Ran Balicer, à la tête du groupe national d'experts en charge de la pandémie, a affirmé à l'AFP que les restrictions de voyage feront en sorte que la vie dans le pays suive son cours habituel.

"Le plus strict vous êtes en empêchant l'importation (du virus) (...), le plus souple vous pouvez être concernant l'économie et la vie quotidienne", a-t-il estimé.

Plus de 440 cas du variant Omicron ont déjà été détectés en Israël, un mois après son identification en Afrique du Sud.

Plus de 4,1 des 9,3 millions d'habitants d'Israël ont reçu trois doses de vaccins anticoronavirus, le pays vaccinant actuellement les enfants de cinq à 11 ans.