La justice tunisienne s'attaque à la culture de l'impunité : vingt hauts dirigeants entendus pour infractions électorales

Dont quatre ex-Premiers ministres, un ex-Président et le président du Parlement. Ils sont accusés d’infractions électorales.

-
©AFP
La justice tunisienne doit entendre ce mercredi dix-neuf personnalités politiques, dont la plupart de premier rang, dans un climat politique et social des plus tendus. Parmi eux, les anciens Premiers ministres Youssef Chahed, Ylyas Fakhfakh, Mehdi Jomaa et Hamadi Jebali, le chef du Parlement (et président du parti d’inspiration islamiste Ennahda) Rached Ghannouchi, l’ancien président de la République Moncef Marzouki, l’ex-ministre Abdelkrim Zbidi, ainsi que...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet