"Les Européens sont les bienvenus s’ils veulent s’engager contre les islamistes"

Au Zimbabwe, le pouvoir du Zanu-PF est rassuré par le résultat des législatives partielles.

Hubert Leclercq, envoyé spécial à Harare
"Les Européens sont les bienvenus s’ils veulent s’engager contre les islamistes"
Ça se bouscule en ce début de semaine devant les portes du palais présidentiel zimbabwéen. Sous la grisaille et un fin crachin presque belge, les délégations sont nombreuses et jouent des coudes. Diplomates, hommes d'affaires, ils sont nombreux à solliciter un rendez-vous avec le président Emmerson Mnangagwa. À 79 ans, au sortir d'une élection législative partielle qui s'annonçait incertaine, le "crocodile" - c'est son surnom...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité