Afrique du Sud: 50% de nouveaux cas de Covid-19 en plus en 24 heures

Le nombre de nouveaux cas recensés de Covid-19 en Afrique du Sud a augmenté de plus de 50% en 24 heures, selon des chiffres officiels publiés jeudi, une nouvelle vague portée notamment par deux nouveaux sous-variants d'Omicron.

Afrique du Sud: 50% de nouveaux cas de Covid-19 en plus en 24 heures
©Shutterstock

L'Institut national pour les maladies contagieuses a recensé 9.757 nouveaux cas de Covid-19 dans le pays, soit 50% de plus par rapport aux 6.170 nouveaux cas comptabilisés la veille mercredi.

Selon lui, plus du quart (25,9%) des gens testés ont eu un résultat positif, soit le plus haut taux enregistré depuis des mois. Le Covid-19 a par ailleurs fait sept morts au cours des deux derniers jours.

L'Afrique du Sud, pays officiellement le plus touché du continent par le Covid-19, est entrée dans une nouvelle vague de pandémie, a averti fin avril le Centre pour l'innovation et la réponse aux épidémies (CERI).

Le pays de près de 60 millions d'habitants, où moins de 45% de la population adulte est entièrement vaccinée, a officiellement enregistré plus de 3,8 millions de cas et quelque 100.350 décès.

Début mars, il avait connu une période de 48 heures sans aucun décès lié au Covid-19, une première depuis 2020. Le président Cyril Ramaphosa a annoncé début avril la levée de toutes les restrictions légales liées à la pandémie.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), deux nouveaux sous-variants d'Omicron, dont la virulence reste encore à déterminer, sont à l'origine de la nouvelle vague de pandémie de Covid-19 dans le pays.

"Les scientifiques sud-africains qui ont identifié Omicron à la fin de l'année dernière ont maintenant signalé deux autres sous-variants d'Omicron, BA.4 et BA.5, comme étant à l'origine d'un pic de cas en Afrique du Sud", a déclaré mercredi le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Le gouvernement sud-africain a confirmé jeudi l'obligation du port du masque pour les enfants à l'école, se ravisant peu après avoir annoncé sa levée, alors que les nouveaux cas de Covid-19 se multiplient de jour en jour.

Le ministère de la Santé a publié un communiqué pour dissiper "la confusion générée par une erreur humaine malheureuse et regrettable" qui l'avait conduit une quinzaine d'heures tôt à annoncer la fin de cette obligation.

L'ensemble de la population, y compris les enfants, doit donc continuer à se plier aux règles édictées par le ministère pour lutter contre la pandémie, dont l'obligation de porter un masque dans les lieux publics fermés.

Le gouvernement continue d'exhorter les habitants à se faire vacciner.