Pourquoi le Roi "regrette" la période coloniale au Congo mais ne présente pas ses excuses

"Les excuses n’ont pas d’existence juridique", soutient Tanguy De Wilde, professeur de relations internationales à l’UCLouvain, ce qui ne conduirait pas directement aux versements d’éventuelles réparations.

Sans réelle surprise, le roi Philippe a réaffirmé ses "plus profonds regrets" à propos de la période coloniale belge au Congo. Il a ainsi confirmé la position adoptée dans une ...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité