Washington se mobilise pour contrer l’influence russe en Afrique

Trois États sont au programme de cette visite du secrétaire d’État Antony Blinken.

H. Le. (avec AFP)
Antony Blinken
©AP

Cap sur l’Afrique ! Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, va se rendre en août en Afrique du Sud, en République démocratique du Congo (RDC) et au Rwanda, a annoncé vendredi le département d’État.

Objectif pour les États-Unis : tenter de contrecarrer une influence diplomatique russe qui gagne rapidement du terrain sur ce continent.

M. Blinken aura pour but de montrer "aux pays africains qu’ils ont un rôle géostratégique essentiel et sont des alliés cruciaux sur les questions les plus brûlantes de notre époque, de la promotion d’un système international ouvert et stable à la lutte contre les effets du changement climatique, l’insécurité alimentaire et les pandémies mondiales", a indiqué le département d’État dans un communiqué.

L’ambassadrice américaine à l’Onu, Linda Thomas-Greenfield, se rendra de son côté le mois prochain au Ghana et en Ouganda alors que la directrice de l’agence américaine d’aide au développement (Usaid), Samantha Power, a achevé récemment un déplacement au Kenya, allié de longue date des États-Unis, et en Somalie.

Dans les pas de Lavrov

Ces efforts diplomatiques surviennent à l’heure où le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a entrepris son propre tour d’Afrique où il a blâmé les sanctions occidentales pour la flambée des prix des denrées alimentaires, une hypothèse rejetée par Washington.

M. Blinken visitera Johannesbourg et la capitale de l’Afrique du Sud, Pretoria, du 7 au 9 août, puis la capitale de la RDC, avant de se rendre au Rwanda. Les deux pays traversent une nouvelle période tumultueuse depuis plusieurs mois et le réveil d’une rébellion congolaise (M23) suspectée d’être largement soutenue et alimentée par les autorités de Kigali.

Le dossier Rusesabagina

Dans la capitale rwandaise, le chef du département d’État américain appellera à la libération de l’opposant - de nationalité belge - Paul Rusesabagina, qui purge une peine de 25 ans de prison.

Ayant le statut de résident permanent américain, M. Rusesabagina a été rendu célèbre par le film Hôtel Rwanda sorti en 2004, qui montre comment ce Hutu modéré a sauvé des centaines de vies pendant le génocide de 1994.

Washington a, jusqu’ici, soutenu le régime du président Paul Kagame. Mais ces derniers jours une nouvelle tension est apparue entre les deux capitales quand le chef du département des Affaires étrangères du Sénat, le démocrate Robert Menendez, a ouvertement accusé Kigali de chercher à déstabiliser la RDC, promettant d’empêcher le versement des prochaines aides financières des États-Unis au Rwanda.

Moscou après Pékin

Il s’agira du deuxième déplacement de M. Blinken en Afrique subsaharienne depuis sa prise de fonctions. L’année dernière, il s’était rendu au Kenya, au Nigeria et au Sénégal.

Avant l’invasion russe de l’Ukraine, la diplomatie américaine en Afrique se concentrait surtout sur la compétition avec la Chine, qui a fait d’importants investissements dans les infrastructures sur le continent africain et qui, à l’inverse des États-Unis, l’a fait sans demander de contrepartie aux États sur la démocratie ou les droits humains.