Coup d'Etat au Burkina: le putschiste Ibrahim Traoré investi vendredi président de transition

Le nouvel homme fort du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, qui a pris le pouvoir lors d'un coup d'Etat le 30 septembre, sera investi vendredi président de transition, a annoncé mercredi le Conseil constitutionnel.

Captain Ibrahim Traore, Burkina Faso's new president, poses with the torch given by elders revolutionary during the ceremony for the 35th anniversary of Thomas Sankara�s assassination, in Ouagadougou, on October 15, 2022. - Captain Ibrahim Traore, who took power a fortnight ago in a coup in Burkina Faso, attended a ceremony on October 15, 2022 to mark the 35th anniversary of the assassination of revolutionary president Thomas Sankara, an AFP reporter noted. (Photo by OLYMPIA DE MAISMONT / AFP)
Le capitaine Ibrahim Traore pose avec la torche donnée par les révolutionnaires durant la cérémonie du 35ème anniversaire de Thomas Sankara. ©AFP or licensors

Le Conseil constitutionnel "prend acte de la démission" du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, auteur d'un putsch en janvier et lui-même renversé le 30 septembre par le capitaine Traoré.

Il "constate officiellement la vacance de la présidence", ajoutant que M. Traoré a été désigné vendredi "président de la transition, chef de l'Etat, chef suprême des forces armées nationales" par des assises nationales rassemblant les forces vives du pays.

"L'audience solennelle de prestation de serment de monsieur Ibrahim Traoré (...) en qualité de président de la transition est fixée au vendredi 21 octobre à 10h00 (locales et GMT) dans la salle d'audience du Conseil constitutionnel", précise le Conseil.

Cette investiture est prévue par la charte de la transition adoptée par les assises nationales ayant désigné à l'unanimité le capitaine Traoré, président de ladite transition, souligne le conseil constitutionnel.

L'article 4 de la charte souligne que "le mandat du président de la transition prend fin avec l'investiture du président issu de l'élection présidentielle" prévue en 2024. Il stipule aussi qu'il "n'est pas éligible aux élections présidentielle, législatives et municipales qui seront organisées pour mettre fin à la transition".

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...