Kinshasa face à un embargo qui n’existe pas

Mobilisation populaire contre l’Onu et les Occidentaux à la suite d’une sortie médiatique du ministre des Affaires étrangères congolais.

War-displaced people flee towards the city of Goma, eastern Republic of Congo, on November 15, 2022. - Thousands of displaced people began to flee after soldiers retreated to Kanyarushinya, an informal camp of over 40,000 people in the northern district of Goma. Troops in the Democratic Republic of Congo (DRC) were battling M23 fighters in Kibumba, 20 kilometres (12 miles) north of Goma, security officials and local residents said. (Photo by ALEXIS HUGUET / AFP)
Des milliers de civils fuient les combats entre l'armée congolaise et les rebelles du M23 dans le Nord-Kivu. (Photo by ALEXIS HUGUET / AFP) ©AFP or licensors
"Certains jouent les pyromanes et ne se rendent peut-être pas compte des dégâts qu’ils peuvent occasionner", explique un diplomate en poste à Kinshasa. En cause, les propos tenus le 11 novembre face à la presse par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères qui a expliqué que "des armes que nous avons achetées" n’arriveront pas à Kinshasa parce que le transporteur aurait rebroussé chemin du fait que "la RDC se trouve sur une liste...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité