Au Congo, les rebelles du M23 “priés” de déposer les armes ce vendredi

Les responsables régionaux se sont entendus pour exiger un cessez-le-feu sur base d’un texte qui pose beaucoup de questions.

(FILES) In this file photo taken on November 15, 2022 An escort of Kenyan and Congolese military personnel stands guard at the airport in Goma, eastern Democratic Republic of Congo, as former Kenyan President Uhuru Kenyatta lands. - The United States, France, Britain and Belgium on November 18, 2022 condemned "in the strongest terms" advances by the M23 rebel group in the eastern Democratic Republic of Congo, calling on them to pull back immediately and cease hostilities. (Photo by ALEXIS HUGUET / AFP)
Des militaires congolais en faction devant l'aéroport de Goma, dans le Nord-Kivu, le 15 novembre dernier. (Photo by ALEXIS HUGUET / AFP) ©AFP or licensors
Un mini-sommet pour la paix et la sécurité dans la région est de la République démocratique du Congo s’est tenu ce mercredi à Luanda. Les responsables politiques angolais, congolais, burundais, rwandais (sans la présence du président Kagame) et kényan se sont entendus pour exiger un cessez-le-feu ce vendredi 25 novembre à 18 heures. Le M23, qui occupe désormais dans le Nord-Kivu...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité