Afrique

L'ONG britannique Global Witness a, dans un rapport publié mardi, accusé le fils cadet du président congolais, Denis Christel Sassou Nguesso, d'avoir, en 2014, détourné à son profit plus de 50 millions de dollars (30 milliards de francs CFA) des fonds publics. 

"Au total, en 2014, les entreprises détenues par Denis Christel Sassou-Nguesso ont reçu près de 50,5 millions de dollars qui auraient été détournés des comptes du Trésor congolais", écrit l'ONG britannique spécialisée dans la lutte contre le pillage des ressources naturelles.

"Selon des documents étudiés par Global Witness, le véritable propriétaire du réseau chypriote d'entreprises qui a reçu les 50 millions de dollars du Trésor congolais était Denis Christel Sassou-Nguesso", affirme le rapport.

Les fonds détournés par Denis Christel, 44 ans, auraient servi à mettre en place "une structure d'entreprise complexe et opaque dans plusieurs pays", indique le document.

"Six pays européens différents, les Îles Vierges Britanniques et l'État américain du Delaware ont été impliqués dans ce qui s'avère être une manoeuvre de blanchiment d'argent", ajoute le rapport de Global Witness.

Député d'Oyo (nord), fief de son père Denis Sassou Nguesso qui cumule 35 ans à la tête du Congo, Denis Christel Sassou Nguesso a été jusqu'en 2016 la deuxième personnalité de la puissante Société nationale des pétroles du Congo (SNPC).

A Brazzaville, un porte-parole du gouvernement contacté par l'AFP n'a pas souhaité commenter ces révélations.

Riche en pétrole, le Congo est régulièrement épinglé par des ONG à propos de détournements de fonds impliquant son président ou sa famille.