La République démocratique du Congo (RDC) est prête à accueillir les essais d'un futur vaccin contre le Covid-19, a déclaré vendredi le responsable congolais de la lutte contre la pandémie, le virologue Jean-Jacques Muyembe, citant en exemple les vaccins utilisés à titre expérimental face à l'actuelle épidémie d'Ebola.

 "Nous avons été choisis pour faire ces essais. Le vaccin sera produit soit aux États-Unis, soit au Canada, soit en Chine. Nous, nous sommes candidats pour faire les essais ici chez nous", a déclaré le professeur Muyembe, dont les propos ont suscité de très vives réactions chez plusieurs Congolais refusant d'être des "cobayes".

"Peut-être vers le mois de juillet, août nous pourrons commencer déjà à avoir des essais cliniques de ce vaccin", a ajouté le virologue congolais, qui s'exprimait devant la presse au côté de l'ambassadeur américain en RDC, Mike Hammer.

"Le Covid-19, à un moment donné, sera incontrôlable", a détaillé le professeur joint par l'AFP en soirée. "La seule façon de le contrôler, ce sera le vaccin, tout comme Ebola. C'est le vaccin qui nous a aidés à terminer l'épidémie d'Ebola."

Face aux protestations engendrées par ses propos, le virologue les a clarifiés dans un message vidéo diffusé dans la nuit de vendredi à samedi. "Mon intention en parlant de vaccin Covid-19, n'était pas d'affirmer que nous allons commencer la vaccination en RDC sans qu'il soit auparavant testé en Amérique, en Chine et ailleurs, où des essais de vaccins ont déjà commencé", a-t-il précisé.

"Je suis moi-même Congolais et je ne permettrai jamais d'utiliser les Congolais comme cobayes", a-t-il ajouté.

La fin de la dixième épidémie d'Ebola en RDC doit être proclamée le 12 avril après avoir tué plus de 2.200 personnes dans l'est du pays depuis sa déclaration le 1er août 2018.

Plus de 320.000 personnes ont bénéficié de deux vaccins utilisés à titre expérimental.

Le premier vaccin utilisé à plus de 300.000 doses "a été récemment pré-qualifié pour homologation", ont indiqué les autorités sanitaires.

Les propos du docteur Muyembe ont suscité la colère et de l'incompréhension chez les internautes.

"Chers médecins, scientifiques et empires pharmaceutiques. Lorsque vous avez fini de tester vos vaccins #Covid19 sur des animaux, avant même d'envisager de venir l'essayer sur des Africains, un peuple pour lequel vous n'avez jamais montré de considération, essayez sur vous-même", tempête le musicien suédo-congolais Mohombi sur Twitter.

Une séquence à la télévision française montrant deux chercheurs s'interroger en direct sur l'opportunité de tester un vaccin en Afrique venait de susciter la colère.

"Si je peux être provocateur, est-ce qu'on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n'y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c'est fait d'ailleurs sur certaines études avec le sida, où chez les prostituées on essaie des choses parce qu'on sait qu'elles sont hautement exposées? ", déclaré l'un des médecins, Jean-Paul Mira, chef de service de médecine intensive et réanimation à l'hôpital parisien Cochin.

"Non, les Africains ne sont pas des cobayes! ", s'est indignée l'association française SOS Racisme dans un communiqué.

Le Dr Mira a présenté ses "excuses les plus sincères" à "celles et à ceux qui ont été heurtés, choqués, qui se sont sentis insultés par des propos que j'ai maladroitement prononcés".

Selon les derniers chiffres publiés vendredi soir par l'Institut national de Recherche biomédicale (INRB) de Kinshasa, la RDC a enregistré 148 cas confirmés (quatorze de plus) de coronavirus, qui ont entraîné seize décès. Parmi les nouveaux cas confirmés, un a été recensé dans la localité d'Idiofa, dans la province du Kwilu (ouest de la RDC, proche de Kinshasa) qui est la cinquième touchée par la pandémie.