Ces deux policiers, l'adjudant Hergil Ilunga wa Ilunga et le brigadier-chef Alain Kayeye Longwa, affectés au bataillon Simba de la Police nationale congolaise (PNC), faisaient partie des exécutants du double meurtre, le 1er juin 2010, de M. Chebeya, le président de l'ONG La Voix des sans-voix (VSV), et de son chauffeur, Fidèle Bazana Ebadi, morts par étouffement.

"On a commencé avec Bazana. Toujours dans (les locaux de) l'inspection générale de la police (IGP, dont le chef était le général Numbi, ndlr). On a pris le mec en question et on l'a mis dans le véhicule, là. On l'a menotté, On lui a mis vraiment le sachet (...). On a commencé à le scotcher. On a commencé à le tuer, à l'étouffer toujours dans mon véhicule", raconte l'adjudant Ilunga dans cette interview recueillie le 17 février et dont l'agence Belga a obtenu les images.

"Kenga Kenga (le lieutenant-colonel Christian Ngoy Kenga-Kenga, chef du bataillon d'élite Simba, ndlr) sur place a donné l'ordre de menotter le chauffeur et de l'amener dans un autre vehicule où se trouvait Hergil. L'exécution a commencé. On lui a enroulé la tête dans un sachet et scotché le tout", a pour sa part témoigné le brigadier-chef Kayeye.

Ce policier ajoute: "selon lui, Chebeya avait un problème avec Kabila et John Numbi". Avant d'affirmer: "c'est pourquoi ces deux-là avaient ordonné de le tuer et comme c'était l'ordre de la hiérarchie comment on pouvait ne pas obéir. Cet ordre venait de Kabila et John Numbi, les deux poids lourds du Congo. Tu refuses, on te tue. Tu exécutes l'ordre, on te tue".