Afrique

L'ambassade de Belgique en République démocratique du Congo (RDC) a diffusé des conseils et rappelé les mesures de précautions à prendre face à la maladie à virus Ebola (MVE) qui se répand dans l'est de cet immense pays où l'épidémie a fait plus de 1.800 morts en un an, a-t-elle indiqué jeudi. L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola déclarée le 1er août 2018 dans le Nord-Kivu (est) et marginalement en Ituri (nord-est) a été jusqu'à présent relativement circonscrite. Mais l'apparition de plusieurs cas dans une ville comme Goma, le chef-lieu du Nord-Kivu - une ville qui compte un à deux millions d'habitants -, renforce la menace d'une propagation de l'épidémie déjà responsable de 1.803 morts, selon les derniers chiffres publiés mercredi par les autorités. LA RDC a dénoncé jeudi la décision du Rwanda de fermer sa frontière avec la RDC après l'annonce d'un troisième cas d'Ebola à Goma, carrefour commercial situé à côté de la ville-jumelle rwandaise de Gisenyi.

"Il existe un risque élevé de transmission de la MVE en raison du grand nombre de voyageurs interne et entre les zones touchées et les pays voisins", indique un message récemment envoyé par l'ambassade de Belgique à Kinshasa à la communauté belge vivant en RDC.

L'épidémie actuelle de MVE est du type Ebola Zaïre (l'ancien nom de la RDC entre 1971 et mai 1997).

"Il s'agit d'une maladie hémorragique virale grave et souvent mortelle. Bien que hautement contagieuse, la MVE ne se propage pas à travers l'air que l'on respire ou l'eau que l'on boit", ajoute l'ambassade.

Elle rappelle que la maladie se contracte par la transmission d'humain infecté à humain ou d'animal à humain par le contact du sang, des liquides et sécrétions corporels (sang, sueur, crachats, larmes, sperme, urine, vomissements etc..), ou des tissus d'une personne qui est ou a été infectée par le virus Ebola, au contact de dépouilles de personnes qui sont mortes de la MVE, de l'équipement médical, des surfaces (planchers, poignées de porte, tables) et des effets personnels contaminés par des liquides corporels d'une personne infectée par le virus. Le risque de transmission existe aussi avec les corps, sang, viande ou liquides corporels d'animaux infectés, souligne le message.

L'ambassade rappelle quelques "règles d'or", comme toujours appliquer des mesures strictes d'hygiène personnelle, éviter tout contact direct avec des personnes malades, se laver les mains souvent et correctement, éviter de se toucher le visage, et éviter d'être en contact avec le sang ou les fluides corporels d'autres personnes (en bonne santé ou malades), en ce compris lors de relations sexuelles.

Elle préconise ainsi d'éviter les relations sexuelles non protégées avec une personne infectée ou avec une personne se rétablissant de la MVE. Le virus peut persister pendant une longue période dans le sperme des hommes infectés et possiblement dans les sécrétions vaginales des femmes infectées.

L'ambassade conseille encore d'éviter tout contact étroit avec des animaux vivants ou morts comme les chimpanzés, les gorilles, les singes, les antilopes des bois et bleu Duiker, les porcs, les porcs épics et les sangliers ainsi que les chauves-souris (roussettes).

Le message rappelle enfin plus globalement que tous les voyages non essentiels en RDC ont été découragés par le ministère des Affaires étrangères, dans l'avis de voyage publié par ce Service public fédéral (SPF).