Afrique En visite au Canada, la ministre de l'Immigration de l'Egypte a suscité la polémique en évoquant la décapitation de ceux qui diraient du mal de son pays.

Des opposants égyptiens en exil seraient menacés de connaître le même sort que le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné et dépecé dans le consulat de son pays à Istanbul. Certains d’entre eux n’ont pu s’empêcher de faire l’analogie après la vidéo diffusée la semaine dernière de leur ministre de l’Immigration à Toronto. S’exprimant devant les expatriés égyptiens au Canada, Nabila Makram demande : «Si quelqu’un dit du mal de notre pays, on lui fait quoi ? On coupe.» Joignant le geste à la parole, elle passe sa main à travers sa gorge mimant une décapitation. Avec le sourire.

(...)